D'en Bas

  • Il s'agit d'un recueil de discours et interventions publiques de l'écrivain, paru en 1967 chez Suhrkamp et qui n'ont pas pris une ride. Textes politiques et esthétiques, ironiques et mordants, engagés dans leur critique de la Suisse bourgeoise de l'après-guerre, ils se révèlent aussi posséder une grande actualité dans le contexte politique actuel - notamment les deux articles contre l'idée d'« Überfremdung » (« la crainte de la surpopulation étrangère »).

  • Droit de révolte

    Jacques Fasel

    Qui est Jacques Fasel ? « Pas un meurtrier, mais un brigand et un voleur.
    15 ans de prison ! » a dit la justice que cet homme conteste. « Dangereux anarchiste » « Robin des Bolz », « voleur au bon coeur », « ennemi public N° 1 », « roi de l'évasion » a dit la Presse que cet homme déroute. « Cuisinier doué et objecteur de conscience, poète, théoricien libertaire » disent ses amis. En ouvrant ce livre vous embarquez sur les contradictions.
    Le voyage avec celui que ses compagnons d'aventure appelent « Kamikaze » ne vous décevra pas. Même derrière les barreaux, Jacques Fasel reste un homme libre. Un homme. « Que tous les hommes valent et qui vaut tous les hommes » comme disait Sartre.
    « Vingt huit ans dans le museau des survivants de ma génération depuis la parution de ce plaidoyer pour la révolte, qui ponctuait en quelque sorte le coup d'arrêt de la cavalcade d'une petite bande d'indiens sur le chemin de la guerre, mais qui se voulait témoignage d'une histoire individuelle et collective et manuel romanesque d'incitation à la révolte.
    Entre la fin des trente glorieuses paternalistes et les premières morsures de ce qui sera nommé néolibéralisme, entre la décolonisation politique des pays producteurs et la colonisation des esprits et comportements dans les métropoles, une génération tantôt réformiste tantôt révolutionnaire tapa sur la table, tenta de briser le cours naturel du capitalisme. Nous en fûmes de modestes participants ou saboteurs selon les opinions. » (Extrait de la préface de l'auteur)

  • De seconde classe

    Janine Massard

    Cet écrit reconstitue toutes sortes de déplacements individuels en train, entre 1963 et 1967. La toile de fond en est le passage des frontières malgré la guerre froide, car pour se déplacer de Trieste à Sofia ou Istanbul, ou de Trieste à Athènes, passeports et visas étaient encore necessaires. L'idée de traverser un pays dit communiste, telle la Yougoslavie pour aller en Grèce, ou encore la Bulgarie pour voir la Mer Noire, effrayait beaucoup de personnes, on nous prédisait que nous ne reviendrions pas... Et les lignes ferroviaires, qui s'étiraient d'un bout à l'autre de cette immense région, étaient pleines de surprises, certains secteurs netaient pas encore électrifiés, on empruntait les trains à vapeur et on était content quand on arrivait à destination.
    Mais pourquoi donc étions-nous fascinés par ces pays peu sûrs tandis qu'en Suisse on avait de bien meilleurs trains qui tous fonctionnaient à l'électricité, d'une ponctualité et d'une propreté irréprochables, nous demandait-on?
    Malgré la méfiance envers ces contrées, les gens commençaient à gagner suffisamment bien leur vie pour se permettre des rêves, cctaicnt les Trente Glorieuses, les chemins de fer ouvraient les portes de l'ailleurs et acheminaient les voyageurs vers des lieux où la mer les attendait. Uavion, encore très coûteux, n'était accessible qu'aux classes aisées.
    Alors, pour voir le monde à un prix raisonnable, on acceptait de se laisser bercer par les takataka du train, quarante-huit heures pour aller de Lausanne à Athènes ou Sofia, en passant par la Yougoslavie, avec des visas bien sûr. Toute une population se déplaçait de la sorte: des étudiants, des Arabes avec leur tapis de prière sur l'épaule, une dame d'un certain âge sortie pour la première fois de son ile yougoslave et qui doit absolument rejoindre son fils malade à Helsinki... un musicien soviétique qui. son violon à la main, veut entrer en Italie, cela s'appelait choisir la liberté.

  • « Louison Dutoit m'avait téléphoné pour me faire part de son projet de livre. Je l'ai rencontrée pour la première fois en été. J'étais assise dans mon jardin avec un recueil de poésie. J'ai vu alors arriver une dame au visage éclairé par des yeux curieux, vifs, rieurs. Elle s'aidait d'une canne pour franchir le petit muret qui entoure mon carré d'herbe. Un cabas pendait à son bras. Tout de suite j'ai eu le sentiment de la connaître depuis longtemps. Elle m'a expliqué qu'elle avait déjà écrit plusieurs chapitres de son ouvrage. Au début elle avait pensé raconter sa vie de paysanne en vrac. Puis elle a réalisé que ce qui était intéressant, c'étaient plutôt les mutations vécues par les paysans, autrement dit leur histoire. Même si elle ne prétend pas au titre d'historienne ! Dans sa modestie, elle ne craint qu'une chose : mal rapporter les bouleversements de leur univers dans ce dernier demi-siècle. C'est à l'aube de ses quatre-vingts ans qu'elle s'est résolument mise au travail. Depuis longtemps son entourage lui disait : «Toi qui sais écrire, tu devrais parler de la condition des paysans.» L'idée d'un livre l'a incitée à consulter les journaux, à collecter des articles ayant trait à tout ce qui touchait à la terre. Elle s'est renseignée auprès de paysans en activité, ne craignant pas de se déplacer à Genève, dans le Jura, partout où elle pouvait glaner des informations. Ses joies, ses découvertes, ses chagrins, ses déceptions, ses révoltes, ses doutes, sa volonté de mémoire ont donné naissance à ces pages magnifiques qui décrivent avec intelligence et prescience un demi-siècle de métamorphoses paysannes. » Mousse Boulanger

  • Moi, Adeline, accoucheuse Nouv.

empty