Jean-Marie Perier

  • « J'adore la vision qu'a Jean-Marie de cette époque enchantée qu'il a traversée avec grâce, comme s'il était là par hasard. J'aime la façon qu'il a d'épingler les bonheurs comme des papillons, de chasser les chagrins d'un revers de mot, comme des mouches, pudeur oblige. J'aime plus que tout le regard qu'il porte sur sa famille. Parmi tous les éclats  de vie, souvenirs, rencontres, amitiés, amours, parmi Johnny et Sylvie, Jacques Dutronc et Françoise  Hardy, Patrick Modiano et Françoise Sagan, et aussi les jeunes Guillaume Gallienne ou Édouard Baer dont il découvrait la fantaisie avant tout le monde, j'aime son album de famille. »

  • "J'ai horreur d'être vieux.
    D'ailleurs, ça commence quand la vieillesse ?
    Quand on vous dit que vous êtes
    toujours jeune ?
    Quand on cherche ses pilules le matin ?
    Quand on passe un temps fou à décider dans
    quel restaurant on va déjeuner ?
    Quand on consulte sa montre alors
    que l'on n'a rien à faire ?
    Quand on n'ose même plus regarder
    une femme au conditionnel ?
    Dans l'enfance, au moins, on cherche
    à vous élever pour vous conduire
    vers l'âge adulte, en revanche personne
    ne vous apprend à être vieux."
      Jean-Marie Périer illustre avec humour et acuité les derniers cent mètres d'hommes et de femmes en plein chant du cygne, des histoires émouvantes, parfois cocasses, des retrouvailles et des vengeances, des retours de flamme ou de bâton... Des histoires de vieux, en somme, pour exorciser
    la panique des prochaines réjouissances.

  • Loin de Paris

    Jean-Marie Perier

    • Kero
    • 18 Septembre 2014

    « Mais tu ne t'ennuies pas là-bas ?
    Cette phrase-là, mes amis parisiens me l'ont tous sortie au moins une fois. D'abord, à part à l'école, je n'ai jamais connu l'ennui, ensuite malgré ma tronche de ludion métissé, il semblerait que j'aie contre toute attente une vie intérieure m'aidant à surmonter les longues soirées d'hiver.
    Et puis ici à Villeneuve, contrairement à la capitale, on ne gémit pas. On est gentil avec les chiens et même avec les étrangers. On ne se lève pas le matin pour être "contre", pour dire "NON", pressé de se plier ainsi à l'hégémonie du ricanement systématique de l'intelligentsia dominante, ou au cynisme des petits-bourgeois déguisés en prolos arborant Che Guevara sur des tee-shirts Prada.
    Ici, quand on est branché, c'est sur la tondeuse. »
     
    De l'Aveyron à New-York, de Françoise Hardy à Jean Batut, boucher à Villefranche-de-Rouergue, Jean-Marie Périer nous entraîne à la rencontre de ses amis, célèbres ou anonymes, en 100 portraits dans un livre humain, riche en anecdotes et empreint d'humour.

  • L'étude d'un chercheur indépendant vient bouleverser l'histoire des religions entre Orient et Occident et jeter une nouvelle lumière sur l'émergence encore inexpliquée du Grand Véhicule bouddhiste au Ier siècle après J.-C., démontrant l'influence des premiers Chrétiens sur la naissance du Mahâyâna, dans l'espace fortement hellénisé de l'empire Kushana (Chine, Afghanistan, Pakistan, Cachemire, Nord de l'Inde), héritier des conquêtes d'Alexandre, où le grec et l'araméen étaient les langues couramment parlées et écrites. L'idéal du bodhisattva renonçant au Nirvana et se sacrifiant par compassion pour l'Humanité devenait la valeur suprême du nouveau Dharma se destinant à sauver l'ensemble des êtres. La double révolution simultanée du Christianisme au Proche-Orient et du Grand Véhicule en Orient, respectivement au sein du Judaïsme et du Bouddhisme, transforma l'Europe et l'Asie, mais fut-elle vraiment une coïncidence ? Un même être et ses disciples peuvent-ils en être à l'origine ? Plus d'un milliard de croyants sur plusieurs continents prient-ils aujourd'hui sans le savoir un même homme et suivent-ils des enseignements très proches en croyant que tout les oppose, trompés par la coloration culturelle des faits historiques ou des dogmes ? À travers une plongée historique, iconographique et théologique dans le Christianisme et le Bouddhisme Mahâyâna à l'aube de leur apparition, ainsi que dans leurs textes fondateurs et leurs évolutions au cours des premiers siècles de notre ère, l'auteur ne craint pas d'affirmer les origines communes du Christianisme et du Grand Véhicule bouddhiste et de lancer un message de connaissance réciproque et de réconciliation aussi bien aux représentants religieux et aux universitaires qu'aux Bouddhistes et aux Chrétiens du quotidien.

empty