Yves Couturier



  • Les Rendez-vous de Toussaint pour permettre à Yves Couturier de conter les vivants et les morts de la famille de Rémi dans laquelle il nous fait entrer avec respect et émotion.
    Des grands-parents aux belles-filles, passant par les petits- enfants, les cousins, les cousines, les voisins, les amis, les destins se cousent et se décousent au fil des affections ou des afflictions.
    Le maître, un auteur qui tisse leurs jours comme un tissu, solidement certes mais surtout délicatement sans déchirer ni froisser. Un cousu main, une broderie rare, jamais désuète. Nostalgiques, tristes parfois mais jamais amers, nous ne manquerions ces rendez-vous.
    Un dé d'or à Yves Couturier qui, aussi, signe haut et fort ses sentiments comme ses engagements. Et, dans une grande dignité, un fini tragique.
    « Le vent du nord papote avec quelques vieux corbeaux noirs. La Toussaint d'hier a battu son record de chrysanthèmes. Les morts rêvent de toutes les couleurs. Le Bon Dieu a fait salle comble. Les hosties étaient à point. Le vin de messe d'un cru exceptionnel. Maintenant, au fond des mouchoirs, les larmes dorment mêlées à la morve. »

  • Cet ouvrage ne cherche pas à dire pourquoi travailleuses sociales et infirmières devraient travailler davantage ensemble mais bien comment elles le font concrètement, au fil des jours. S'inspirant de la sociologie du travail et des sciences du langage, l'auteur observe avec attention la pragmatique de l'intervention interdisciplinaire dans les métiers relationnels. Le praticien, provenant tant du travail social que des sciences infirmières, trouvera dans ce livre une façon d'exposer les coups de mains au coeur de sa pratique professionnelle.

  • Malavie

    Yves Couturier

    Yves Couturier, écrivain du fil de l'eau et du temps, nous revient plus romantique que jamais, rapportant ce que lui inspire leur course et la traduit par cette histoire d'un genre nouveau pour lui, mais avec le même talent et la même sensibilité. C'est ce qui fait la force de cette fiction dans laquelle on accompagne Thibault sur la route qui doit le conduire à un entretien d'embauche... On se laisse emmener confiant puis au fur et à mesure que l'on avance, le trajet devient insolite, affolant, angoissant... On découvre avec lui une campagne désertée, sans plus une âme qui vive... Thibault s'aperçoit qu'il est coupé du monde... Impossible de joindre ni famille ni aide, il roule... jusqu'à une rencontre, un rendez-vous|? Un autre rendez-vous|? Dans un autre monde|? Car avec Yves Couturier rien n'est anodin, tout est prétexte à relier une chose à une autre|! Lui donner un sens. Rien ne sert jamais à rien|!
    Les petits ruisseaux font toujours les grandes rivières, et le Temps jamais ne les arrête mais Yves nous incite à prendre celui de le regarder passer et nous pencher au bord de l'eau qui coule... De toutes façons ses mots nous transportent... toutefois, plus comme des radeaux que des navires de croisière...Ses phrases romanesques charrient le réalisme...



  • La prison n'est pas une punition réservée exclusivement aux coupables, mais à tous les membres de leur famille...
    Yves Couturier est l'auteur de nombreux romans, tous écrits avec générosité, humour, engagement et poésie. Poésie au sens réel du mot, celle qui tire simplement les larmes. Dans ce roman Yves raconte le quotidien d'une mère et de sa petite fille dont le mari et père est en prison. Tour à tour Yves Couturier est la mère ou la petite. Scabreux défi qu'il relève, maître contorsionniste, avec son coeur d'abord, son talent ensuite. Bourré de belles phrases et de belles idées un texte d'une rare sensibilité qui ne peut que toucher.
    « Romane, elle, c'est motus et bouche décousue ! Envie de crier, de hurler... que son papa est en prison... et que c'est pas bien fait pour lui... mal fait pour nous ! Finalement, se taire. Pleurer. Se taire. Son père ! Ce n'est pas elle qui l'a choisi ; c'est moi ! Le père de Romane aurait pu aussi porter cravate noire et chausser souliers noirs. Affaire de look ! Le père de Romane aurait su conduire grosse berline à options comprises et mâcher un chlorophylle chewing-gum pour faire dents blanches. Histoire de se la jouer ! Le père de Romane aurait aimé monter chevaux avec pur sang. Une passion comme une autre ! Babou aurait pu... tout cela.
    Non ! Il est en prison. »

  • Ils font merveille car ils sentent la mort gourmande. Ils se battront jusqu'au dernier afin de ne point être jetés en dehors de cette caverne encore tout imprégnée du passé des leurs, ici, là, ce ne sont que mortels corps à corps disputés à la lueur du foyer. Il faut tuer pour ne pas être tué. Il faut mourir pour que les proches ne meurent pas. Les coups pleuvent. À main nue ou à main armée... tout est permis pour repousser la mort qui attend, là, dans l'ombre dansante des flammes. Et puis, il faut se protéger tout en repérant ceux qui ont besoin d'aide.

  • Roman n'a pas seize ans quand il descend travailler à la mine de charbon. Entouré de ses frères, il fait connaissance avec ce monde qui hante ses rêves. Il est au puits de l'Etançon lors de la catastrophe...

  • En gérontologie, le défi de l'heure est de mettre en réseau de façon efficace les divers acteurs qui gravitent autour des personnes âgées. Toutefois, la surabondance d'informations vient parfois compliquer les opérations qui en résultent. C'est pourquoi l'intervenant, en tant que porte-parole et médiateur, doit être parfaitement outillé pour communiquer avec les patients et leur entourage familial, social et médical.
    Cet ouvrage expose les principes et les concepts sur lesquels se fondent les usages de la coordination, ainsi que les méthodes susceptibles de guider les intervenants dans leur travail. Il se consacre à l'étude pratique de la gestion de cas et analyse en détail la fonction de médiation. Ce livre s'adresse spécialement aux travailleurs sociaux et aux professionnels qui sont appelés à activer et à reconstituer des liens interpersonnels. Les étudiants en gérontologie y trouveront toutes les clés pour réussir leur intégration au sein d'un service.

  • L'interprofessionnalisme, véritable ouverture au savoir-faire de l'autre, stimule la coopération et la communication. La compréhension des compétences de chacun permet de mieux affronter collectivement chaque situation ou environnement. Cet ouvrage se penche tout particulièrement sur la collaboration interprofessionnelle dans le domaine de la santé et des services sociaux, en faisant une large part à l'éducation, afin d'améliorer la qualité des soins prodigués.

    Les auteurs présentent ici les fondements de la collaboration interprofessionnelle, les déterminants de sa mise en oeuvre ainsi que les effets attendus. L'ouvrage synthétise quinze années de travaux sur ce thème ; il est, de ce fait, largement illustré d'exemples issus de la réalité clinique. Pensé pour aider les gestionnaires, les superviseurs cliniques et les praticiens du domaine de la santé et des services sociaux à accroître la capacité interprofession­nelle dans leur organisation, ce livre servira aux formateurs qui pourront y puiser matière pour appuyer leur projet éducatif.

  • Il n'existe pas de publication qui rassemble les points de vue scientifiques et critiques sur les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD, au Québec) et les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD, en France). Pourtant, ces organisations sont depuis longtemps l'objet de vives critiques, notamment dans les médias, à cause du manque de main-d'oeuvre, de services déficients aux résidents ou de la faible qualité des infrastructures. Avec la crise de la COVID-19 subie en 2020, ces critiques semblent trouver, de façon tragique, toute leur justification.
    Les auteurs de l'ouvrage visent à combler ce manque en présentant une diversité de regards sur la situation de ces organisations. De la vie quotidienne des résidents à la place qu'occupent les CHSLD et les EHPAD dans le continuum de services, en passant par les enjeux organisationnels et professionnels, ils convoquent le travail social, les sciences infirmières, administratives et récréationnelles, ou encore la sociologie, pour expliquer ce contexte si difficile et proposer des améliorations. Ce livre inspirant, qui marie la réflexion, le récit et l'analyse, permet également l'accès à une bande dessinée originale en ligne sur le travail et la vie des préposés aux bénéficiaires, des « anges gardiens » bien humains.
    Le grand public, mais aussi toutes les personnes qui gravitent autour des CHSLD, des EHPAD ou d'autres types d'organisations gériatriques, ainsi que les étudiants en sciences infirmières, en gérontologie, en travail social ou en administration y trouveront réponse à leurs questions et bien plus.


    François Aubry est professeur au Département de travail social de l'Université du Québec en Outaouais (UQO), ainsi que chercheur au centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM).
    Yves Couturier est professeur titulaire à l'École de travail social de l'Université de Sherbrooke et directeur scientifique du Réseau de connaissances en services et soins de santé intégrés de première ligne.
    Flavie Lemay est assistante de recherche et étudiante à la maîtrise en travail social à l'Université de Montréal.

  • Depuis toujours, les travailleuses sociales collaborent de très près avec les professionnels du monde de la santé, les médecins et les infirmières au premier chef. Or la formation de ceux-ci a peu à offrir sur la nature et l'importance de cette affiliation. Cet ouvrage cherche à mieux faire comprendre les raisons de l'écart qui existe entre formation et pratique et met au jour les liens bien réels, même si souvent occultés, entre le travail social et les disciplines de la santé. Les travailleuses sociales trouveront ici des informations essentielles pour bien s'intégrer aux domaines de la médecine, des sciences infirmières, de la réadaptation ou au monde des aides-soignants. Avec une visée pédagogique assumée, les auteurs décrivent et analysent l'apport de ces travailleuses en santé publique, auprès des personnes vulnérables ou dans divers contextes de pratique médicale. Ils montrent sans équivoque qu'il faut soutenir la collaboration interprofessionnelle dans le vaste réseau de la santé et des services sociaux et proposent des pistes sur la formation en travail social.

  • Ce livre met en récit les histoires orales de travailleuses et travailleurs sociaux ayant travaillé dans tous les domaines de la discipline depuis les années 1950 au Québec. Certains témoins sont des personnes très connues du grand public, d'autres sont connues de la grande famille du travail social québécois, et d'autres encore ont fait une carrière loin des feux de la rampe. Mais tous peuvent témoigner de l'évolution de la discipline depuis 70 ans.

    Travailler le social, qu'est-ce que ça veut dire ? La mise en lumière de ces divers témoignages montre comment l'époque a profondément marqué la trajectoire personnelle et professionnelle de chacun. Elle révèle aussi au lecteur le mouvement d'évolution rapide de la discipline et de la profession, lui permet d'identifier les moteurs de cette importante transformation et de mesurer l'ampleur du chemin parcouru. À travers ces 19 histoires orales, c'est la grande histoire du travail social et du Québec qui est racontée d'une manière unique, car vivante. Le rapport à l'innovation, au pouvoir et au domaine de la santé sont autant de thèmes autour desquels s'articule cette évolution.

    Les lecteurs du domaine social expérimentés comme ceux en formation et en début de carrière pourront mieux comprendre sur quel socle se fonde le travail social d'aujourd'hui pour se développer et prospérer.

    Yves Couturier (Ph.D.) est professeur et chercheur au Département de travail social de l'Université de Sherbrooke. Il travaille sur la thématique de l'analyse du travail en travail social, sur la collaboration interprofessionnelle, les pratiques de coordination et l'organisation des services sociaux et de santé.

    Louise Belzile (Ph.D) a exercé comme intervenante sociale durant de nombreuses années dans le milieu communautaire et dans le réseau de la santé et des services sociaux. Elle est aujourd'hui chargée de cours à l'Université de Sherbrooke, chercheuse indépendante et spécialiste des outils cliniques dans le domaine du vieillissement.

  • En couverture du numéro estival de la revue Séquences, Marathon Man de John Schlesinger, premier film à suspense du cinéaste, sorti au milieu des années 1970. Arnaud Corbic se penche sur ce film et les autres du réalisateur (Midnight Cowboy, Easy Rider, Yanks, Darling). Marathon Man rejoint directement ou en filigrane, les thèmes de l'identité (ici, la judaïcité), de l'engagement personnel et de la « chasse aux grands coupables de ce monde, toujours en délire de racisme, d'intolérance. ». Le numéro propose aussi de gros plans sur Leto et Rêveuses de ville, des critiques de Hak_MTL, Jeune Juliette, Kokoschka OEuvre-vie, The White Crow et The Grizzlies et des entrevues avec la réalisatrice Nadine Gomez, le documentariste Nicolas Goyette et le réalisateur Wang Xiaoshuai. Retrouvez-y aussi un compte-rendu du 9e Lux Film Fest, un hommage à Agnès Varda, la deuxième partie de celui à Bernardo Bertolucci et quelques recensions d'essais sur le cinéma.

  • Présentation de l'ouvrage : En réponse à l'exigence de plus en plus affirmée d'une meilleure prise en compte des complexités constitutives des problèmes sociaux et de santé, les métiers du prendre soin (sciences infirmières, travail social, médecine, éducation, etc.) sont conviés à se coordonner davantage, et nombre de leurs intervenants remplissent une fonction relativement nouvelle de coordonnateur dédié. L'émergence de la coordination dans ces métiers constitue alors un puissant analyseur de la transformation de la professionnalité de ces divers métiers. Le présent ouvrage expose les fondements de cette transformation et en illustre certains de ses effets à travers la figure archétypique du gestionnaire de cas. Une telle figure de la coordination incarne la façon émergente de concevoir des services davantage intégrés pour mieux répondre aux besoins complexes des personnes. L'ouvrage s'adresse autant aux praticiens réflexifs, qu'aux étudiants et formateurs qui souhaitent comprendre les évolutions en cours. Il s'adresse aussi aux chercheurs qui étudient cette nouvelle façon de concevoir l'action professionnelle dans les métiers du prendre soin qu'est l'intervention de coordination. Cette réflexion se structure au tour des concepts d'intervention, de situation, de réflexivité, de collaboration interprofessionnelle et de médiation, soit autant de fondamentaux permettant de concevoir l'importance des pratiques de coordination dont le terrain d'action ne cesse de s'étendre.
    Yves Couturier (Ph. D) est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en pratiques professionnelles d'intégration des services en gérontologie de l'Université de Sherbrooke. Professeur en travail social, il explore le thème de la collaboration dans les métiers du prendre soin depuis 20 ans à partir d'un regard sociologique.
    Louise Belzile est doctorante en gérontologie et possède une longue expérience à titre d'intervenante sociale. Ses travaux portent sur l'usage des outils cliniques multidimen- sionnels soutenant l'intégration des services destinés aux personnes aînées en perte d'au- tonomie fonctionnelle.

empty