Fayard (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le 6 mai 1682, après 39 années de règne, Louis XIV s'installait à Versailles. Le roi réunissait ainsi autour de lui sa famille, sa Maison et la Cour, de même que toutes les instances du gouvernement à l'exception du Parlement et de l'Archevêché. Embelli dès 1661, l'ancien petit château de Louis XIII allait devenir, grâce à l'architecte Hardouin-Mansart, le centre d'une véritable cité administrative. L'étiquette, que la disposition des appartements royaux aide à comprendre, règle désormais la vie de Cour. Versailles, capitale de la France et capitale des arts, est un modèle pour l'Europe entière. Après la Régence parisienne, Louis XV, à l'âge de douze ans, revient à Versailles. De 1772 à 1774, tout son règne le montre, le Bien-Aimé poursuit l'oeuvre de son aïeul et maintient toujours fermement la machine gouvernementale. Mais les beaux esprits tiennent maintenant salon à Paris. Versailles, qui continue pourtant à s'accroître, perd son rôle de capitale intellectuelle. Sous Louis XVI, la cour garde son formalisme habituel. Très vite, cependant, les courtisans habitent Paris, et le roi se retrouve de plus en plus isolé. Avec le rétablissement des Parlements, Paris gagne la victoire que le Roi-Soleil lui avait fait perdre au profit de Versailles. L'ouverture des États généraux est la dernière grande cérémonie de l'Ancien Régime. Le 6 octobre 1789, Louis XVI et ses proches partent pour les Tuileries. Symbole du droit divin pendant un siècle, Versailles ne sera plus capitale.

  • Sur la route de la Chine, une barrière insoupçonnée : le royaume de Canada, pays où il y a plus d'ours que d'hommes. Jacques Cartier en rapporte deux Iroquois, de l'or et des diamants. Hélas, les diamants sont du quartz, l'or de la ferrite, et la future Nouvelle-France se résume à un proverbe : faux comme diamant du Canada. Il faudra attendre 70 ans pour voir Champlain devenir maître du Saint-Laurent et créer Québec. La Nouvelle-France est née. Peu nombreux, mais incroyablement dynamiques, les colons débarquent. Puis c'est le tour des filles du roi qui feront de vertueuses, solides et prolifiques pionnières. La vie de chacun de ces hommes, de ces femmes est un formidable roman d'aventures vraies. Moins au nom de Dieu qu'au nom de ses fourrures, trop rares dans une France mal chauffée, Louis XIV et Colbert s'intéressent à ce continent dont les explorateurs découvrent la fabuleuse immensité. À chaque printemps, les Iroquois reprennent le sentier de la guerre. Le fusil en bandoulière, les Canadiens défrichent. Bientôt ils chassent, se déplacent, guerroient et cuisinent à l'indienne. Vient la paix. Si, pour les coureurs des bois, le terrible hiver semble long, sur les pistes sans fin le temps passe vite. Nous voilà au milieu du XVIIIe siècle. La Nouvelle-Angleterre, minuscule, compte treize petites colonies mais vingt fois plus d'habitants que la Nouvelle-France. Malgré d'innombrables défaites, les très prochains Américains s'en empareront.

empty