Claire Auzias

  • Paris ce n'est pas que la Tour Effeil ou le musée du Louvre. C'est aussi le peuple de Paris qui s'est maintes fois révolté contre la tyrannie du moment. C'est une pépinière de révoltés et de révolutionnaires en tout genre. Des célèbres comme des peu connus.

    Ce livre est une sorte de guide touristique de l'insurrection, magnifiquement illustré, revisitant tous les arrondissements de Paris à l'aune de ces révoltes et de ces révolutionnaires. Pour connaître le vrai Paris, celui du peuple, ce livre est un outil essentiel.

  • Les tsiganes défrayent régulièrement l'actualité des médias et pourtant les contresens continuent de se répandre à leur sujet, les nimbant d'une aura d'éternité entretenue par la force de préjugés séculaires. Mais les Roms sont en lutte dans nos sociétés pour leur reconnaissance et leur droit à l'auto-détermination, loin des tutelles paternalistes et maternalistes qui les étouffent. Cet ouvrage se veut l'écho de ce combat ancré dans des cadres politique et culturel bien réels. Le 8 avril 2010 se tiendra comme chaque année la Journée internationale des Roms, occasion pour eux de fêter leur dignité et pour les médias à travers le monde de rappeler leur combat, leur histoire, le génocide par les nazis ou l'État roumain, leurs revendications actuelles.
    />

  • Est rom celui qui dit qu'il est rom, selon le dicton.
    Mais qui sont ces étranges voyageurs à la géométrie de l'utopie nomade ? les poètes de grand chemin offrent un récit dans la grande tradition des livres d'ethnologie et d'anthropologie. de belgrade à sarajevo, de tirana à bucarest, de mostar à zagreb, claire auzias nous emmène dans un étrange périple au quotidien en compagnie des roms, ces voleurs de whisky, ces prométhées en haillons qui inventent un nouveau monde sous nos yeux, dans la surdité obstinée de la culture de masse.
    Tous les grands thèmes qui définissent la culture romani nous sont ici contés : l'a-territorialité, l'identité, la discrimination. mais au-delà de l'étude, ce livre est aussi une réflexion sur la condition des roms qui préfigure la fin des nations du sol et du sang, car ces poètes campent dans un imaginaire qui rend à la politique sa consistance.

  • Qui est louise michel ? une inclassable qui inventa quelques-unes des formules les plus galvaudées, après elle, de l'anarchisme : " le pouvoir est maudit.
    " ce pouvoir, qui s'exprime aussi dans l'exercice d'une sexualité à laquelle il est d'usage de considérer que louise -michel se déroba. louise michel n'est pas emma goldman qui força le respect de ses compagnons, sans se complaire dans la secondaire position de l'épouse, ni dans le nihilisme de son illustre prédécesseuse. diane chasseresse, louise michel a choisi tard son devenir. le jour oú la contre-révolution fusilla théo ferré et la plongea dans ce deuil des sens dont elle ne sortit pas.
    Alors, le costume de la femme guerrière, qu'elle avait déjà endossé du vivant de théo ferré, déguisée en garde national et grisée de l'odeur des poudres sur les barricades - " oui barbare que je suis, j'aime le canon, l'odeur de la poudre, la mitraille dans l'air. " -, elle qui s'entraîna au tir avant la commune, louise michel ne le quitta plus. on ne manqua pas de la comparer à jeanne d'arc. une combattante ne peut qu'être une vierge.
    Toutes les effigies de femmes armées de l'histoire moderne sont des vierges habillées en homme. la guerre ou le sexe.
    Et l'on croit tout savoir sur louise michel.

  • Les Tsiganes d'Europe de l'Est qui ont enchanté jadis les ethnologues par leurs rites, leurs coutumes, intrigué les observateurs par leur nombre, leur indiscipline, leurs enfants va-nu-pieds, sont de nos jours encore, un flot de couleurs dans l'infinie grisaille postcommuniste.
    Méconnus, on leur attribue aujourd'hi comme hier des vertus et des vices extraordinaires. On flatte leur étrangeté pour mieux les ignorer, leur sauvagerie pour mieux les exploiter, leur fragilité pour mieux les affaiblir encore. Si les Roms furent le désordre ingérable de tous les régimes, impériaux, républicains ou communistes, ils ont, malgré des siècles d'esclavage, de déportation, d'extermination, d'emprisonnement, d'exclusion et de racisme, su innover et faire preuve d'un dynamisme économique exceptionnel.
    Qu'avons-nous à apprendre d'eux ? De leur morale, de leurs paradoxes, de leur façon exubérante d'envisager la vie ? Ce sont les questions de ce livre qui nous interrogent sur leur destin et propose la première réflexion juridique sur leur statut.

  • Ce livre relate l'histoire d'un génocide perpétuellement nié.

    Ente 1938 et 1945, des centaines de milliers de tsiganes ont été exterminés par les nazis et leurs alliés. en france, ils ont pu disposer du fichage initié bien avant la guerre par la troisième république, et de la collaboration active du régime de vichy. pourtant, si la france a admis sa responsabilité dans la shoah, elle continue de l'éluder en ce qui concerne le samudaripen, le génocide des tsiganes.

    Pour combattre cette amnésie criminelle, claire auzias, spécialiste reconnue des tsiganes, jette ici une lumière crue sur l'extermination dont ce peuple a été victime en europe.

  • La reprise par Indigène de Samudaripen, le Génocide des Tsiganes, est la troisième édition, entièrement mise à jour et actualisée, de ce livre essentiel paru en 2000 aux éditions L'Esprit frappeur.
    Nous espérons mettre ainsi à la disposition du plus grand nombre les connaissances actuelles sur ce génocide de moins en moins oublié, mais toujours aussi méconnu. L'anti-tsiganisme eugéniste du IIIe Reich trouva des émules dans tous les pays d'Europe. Aucun pays, quelque soit son degré d'implication aux côtés du nazisme, ne s'est caractérisé par des mesures de protection de cette population pourchassée. Dans la langue romani, le « Samudaripen » signifie ce malheur qui s'est abattu sur les populations européennes pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • Ce livre est le deuxième d'une nouvelle collection que lance Indigène : « Femmes, Où en êtes-vous ? » qui rassemblera toutes les voix - et elles sont nombreuses aujourd'hui - convaincues que les femmes portent sur leurs épaules la condition d'une refondation éthique de la société.
    A travers cinq textes, courts mais denses, rédigés par ces intellectuelles qui ont toutes, à leur manière, contribué à l'émancipation des femmes dans les sociétés indigènes, il s'agira d'évoquer des féminismes inattendus tels qu'ils s'expriment dans les sociétés aborigènes, amérindiennes, inuit, berbères et tziganes.

  • Les femmes qui déposent leur parole dans ce livre sont singulières.
    Gitanes, manouches, yenishes, romnia, sinti, voyageuses, toutes sont des femmes tsiganes. elles ont bien d'autres identités : françaises, suisses, espagnoles, roumaines. elles auraient pu être nos voisines à l'école primaire, au fond d'une classe, ou à la sortie du village, au bout d'un champ. à la périphérie de ma ville natale, elles vont et viennent toute une vie durant, autour d'aires de stationnement ou de terrains vagues.
    Ce qu'elles nous disent de leur quotidien n'est pas imaginable. pourtant pas de révélation ni de sensationnel, pas de scoop ni de grand spectacle. non. humilité, menus propos, craintifs et sobres. soudain, des voix se lèvent, à l'autre bout de l'europe. polyphonies qui disent leurs fiertés, leurs luttes, leurs défaites, leurs forces. dans les replis de la vie tsigane, l'émancipation des femmes aussi a frappé.
    Elle balaie tous les jours les pratiques archaïques. elle rit. elle jongle avec le parler familier des femmes d'aujourd'hui. quarante ans après la naissance du mlf, j'ai composé ce bouquet avec mes soeurs romnia qui nous rendent le goût de la liberté, de la pugnacité et ce mélange inégalable de gravité et de légèreté.

empty