Eric Sanvoisin

  • L'histoire : Dans la grande bibliothèque, Draculivre découvre un drôle d'objet au milieu des livres : une liseuse. Odilon et Carmilla le persuadent d'y goûter mais le visage de Draculivre se couvre de boutons carrés en forme de touches de clavier... Il est allergique aux livres électroniques !
    Voilà un défi à la hauteur de Nono Carbonne, buveur d'encre passionné d'informatique. Réussira-t-il à trouver un remède ?

    Un roman fantastique pour les enfants de 7 à 11 ans.

  • Grâce à leur paille-tandem, Odilon et Carmila boivent l'encre des livres ; ils vivent ainsi, pour de vrai, les aventures de leurs héros préférés.
    Jusqu'au jour où un livre les aspire...

  • Odilon se régale en buvant l'encre des livres, mais il se sent seul. Il ne va quand même pas rester célibataire toute sa vie...
    Il aimerait tant pouvoir partager sa paille avec quelqu'un !
    Et s'il mordait Carmilla ?

  • Bibliothèque garde-manger ne passe pas inaperçue, et ils ont besoin d'espace pour les cercueils. La situation est grave, très grave. Les vampires sont menacés. Odilon trouvera-t-il une solution ?

  • Parce qu'il a été surpris en train de voler, Jaime, un enfant des rues, est condamné à mort par le roi. Ce dernier décide de lui laisser la vie sauve si le garçon lui rapporte Le Livre des secrets, l'ouvrage le plus précieux du monde caché dans la mystérieuse forêt des Arbres à livres. Mais Jaime se méfie des livres et surtout il ne sait pas lire. Commence alors pour lui une dangereuse quête dans le sanctuaire du savoir.
    Aidé de son ami le Marque- Page, Jaime n'est pas au bout de ses surprises...

  • Éric Sanvoisin écrit des livres optimistes, quels que soient les sujets qu'il aborde. Dans « Le vertige des funambules », il raconte cinq histoires entre ciel et terre où les enfants sont parfois plus courageux que les adultes. Cinq aventures à la fin desquelles le héros et le lecteur ressortent grandis.

  • Louise a 16 ans. Elle va au lycée, adore la poésie, ses amies et son petit frère de 8 ans, Rudy, qu'elle appelle affectueusement « la taupe ». Sa mère est atteinte d'une grave maladie extrêmement invalidante.
    Allitée, incapable de prendre soin de ses enfants, elle sombre. D'autant plus qu'un beau matin le père de Louise quitte le navire, laissant sa fille seule aux commandes. Un fardeau bien trop lourd pour une enfant de cet âge. Peu à peu Louise s'enferme dans un rôle qui n'est pas le sien.
    Un roman sensible et poignant sur le thème des jeunes aidants, ces adolescents obligés d'épauler leurs parents malades. L'écriture juste, sans pathos, d'Eric Sanvoisin touche au coeur. La petite Louise, héroïne, malgré elle, restera longtemps dans la tête des jeunes lecteurs.

  • Ça y est ! Mes parents ont obtenu la réponse qu'ils attendent depuis si longtemps : ils vont pouvoir adopter ! Ma famille se prépare donc à accueillir une petite fille. Franchement, moi, je m'en serais passé. Avoir une petite soeur adoptée, c'est la honte ! Comment je vais pouvoir cacher ça à mes copains ? Cerise sur le gâteau, Fabyby vient d'Ethiopie. et elle est noire, alors que moi, je suis blanc.

  • Antonin est un fantôme. Assassiné alors qu'il était adolescent, il hante la maison abandonnée par la secte de son père. Il parvient un jour à interagir avec un ordinateur. Touche de clavier après touche de clavier, il écrit un roman qu'il parviendra à faire éditer sous couvert de l'anonymat offert par internet. Très loin de là, en Nouvelle- Calédonie, Emilia, une jeune fille anorexique, tombe amoureuse de Leï, le personnage du roman d'Antonin. Elle parvient à contacter l'auteur par email et lui demande d'écrire la suite du livre qu'elle a tant aimé...

    Un récit à trois voix où le lecteur lit le roman d'Antonin en suivant son héros Lei qui doit se construire une nouvelle vie, l'existence d'Antonin lui-même qui par l'écriture et ses échanges avec Emilia, sa lectrice, trouvera le courage de dénoncer son meurtrier et bien sûr Emilia, cette jeune fille anorexique qui veut continuer d'exister en dépit de la maladie...

  • Le parloir

    Eric Sanvoisin

    • Grund
    • 22 Mars 2012

    Yan est en prison accusé d´avoir poignardé le père de Deborah sa petite amie. Mais il s´enferme dans le silence au fil des parloirs, face à sa mère, sa soeur, Déborah, son avocat et même le juge. Mauvaise défense. La situation n´est pas meilleure avec ses co-détenus. Yan souffre mais se tait. Que cache son silence ? Quel secret protège-t-il ? On découvrira à la dernière scène du livre un dessin de Yan qui représente la scène du crime où c´est une fille qui tient le couteau.

  • Destinés aux lecteurs de 11-13 ans. Des thématiques riches pour cette tranche d'âge pré-adolescente, des textes exigeants, des auteurs chevronnés. La collection démarre sur les chapeaux de roues avec Éric Sanvoisin et Joris Chamblain, tous deux primés pour leurs ouvrages Jeunesse en 2014.
    Le livre : Oyonnick le Mauve, magicien de rang 7 dans l'ordre des Mages de RocheFlamme, se voit confier une mission de la plus haute importance : découvrir et arrêter le Seigneur des Cendres, un homme mystérieux venu du Continent Flou, qui décime un à un les magiciens. Très vite, il est lui aussi touché par son ennemi invisible, et son corps est retrouvé sans vie à la frontière du Continent Flou. Seule son âme reste alors « vivante » et est irrésistiblement attirée dans l'antre du Seigneur des Cendres. Par la force de son esprit, Oyonnick va tenter de reprendre possession de son corps avant qu'il ne soit trop tard et que le Seigneur des Cendres n'ait réussi à collectionner toutes les âmes des magiciens.

  • L'homme de la grue

    Eric Sanvoisin

    • Slalom
    • 26 Janvier 2017

    Un homme s'enferme dans une grue, à plusieurs mètres de haut, avec le strict nécessaire pour tenir un « siège » dont il ignore la durée. Est-ce un fou, un homme suicidaire, un dangereux activiste ?
    Non, cet homme est un papa désespéré, privé de la garde de sa fille, Camille, depuis un an. C'est pour marquer cet insupportable anniversaire que « l'homme de la grue » comme les médias vont le surnommer, a pris cette terrible décision et est prêt à aller jusqu'au bout de son combat.
    Camille de son côté, est tiraillée entre sa vie de collégienne, sa mère qui semble déterminée à éloigner à tout jamais l'adolescente de son père, et les infos qu'elle reçoit, comme la France entière, sur le geste de son père, au Journal de 20 heures.

  • Yaëlle a un grand frère handicapé, Pierrot. Un matin, elle lui propose de l'accompagner à l'école. Pierrot est ravi : ça fait tellement longtemps qu'il rêve d'aller à l'école des gens normaux. Mais quand on se moque de lui, il perd tous ses moyens. Alors, il fugue et s'égare dans la ville, où il rencontre la Dame, qui vit dans la rue et dans un château en carton.

  • 1 2 3... foulard

    Eric Sanvoisin

    • Grund
    • 4 Septembre 2014

    Charlotte, douze ans, est nouvelle au collège et perdue dans la vie. Ses parents adoptifs essaient de lui faire oublier son passé tragique. Mais tout cela s'évapore quand elle rencontre Jordan. Mystérieux, froid, beau à pleurer, il occupe toutes ses pensées. Quand il lui propose de l'initier au jeu du foulard, elle plonge les yeux fermés...

  • Après bien des complications au moment de l'accouchement, Yohan naît avec des oreilles qui, dit-on, " dépassent la taille moyenne généralement constatée ". En grandissant, ses oreilles ont, elles aussi, continué à se développer. Vers 4 ans, Yohan s'est mis à avoir très mal aux oreilles. Verdict du médecin : otite. Durant des années, l'enfant a souffert, cumulant les visites chez le médecin et les poses des yoyos. Mais un jour, les otites ont disparu, Yohan était enfin soulagé, ses oreilles ne le faisaient plus souffrir. Il pensait que le cauchemar était terminé. Il ne se doutait pas que son entrée en sixième annonçait un nouveau calvaire : les moqueries de ses camarades...

  • À la suite d'un accident de moto, Fred tombe dans le coma pendant deux mois. Quand, finalement, il s'éteint, Alice, sa compagne, perd définitivement le sens de sa vie. Chaque jour, elle se rend sur la tombe de l'homme dont elle ne parvient pas à oublier l'absence. Sur place, elle rencontre Monsieur Martino, le gardien, qui lui adresse toujours un petit mot gentil. Mais au bout de trois semaines, elle décide de changer ses habitudes : c'est durant la nuit qu'elle franchit la haute grille du cimetière. Très vite, elle aperçoit une haute silhouette dégingandée qui va, à son tour, bouleverser son existence...

  • Après bien des complications au moment de l'accouchement, Yohan naît avec des oreilles qui, dit-on, " dépassent la taille moyenne généralement constatée ". En grandissant, ses oreilles ont, elles aussi, continué à se développer. Vers 4 ans, Yohan s'est mis à avoir très mal aux oreilles. Verdict du médecin : otite. Durant des années, l'enfant a souffert, cumulant les visites chez le médecin et les poses des yoyos. Mais un jour, les otites ont disparu, Yohan était enfin soulagé, ses oreilles ne le faisaient plus souffrir. Il pensait que le cauchemar était terminé. Il ne se doutait pas que son entrée en sixième annonçait un nouveau calvaire : les moqueries de ses camarades.

  • Quand Mathis réussi avec l'aide de ses amis rebels à regagner la surface de la terre, il découvre, en plus d'une planète impropre à la vie, d'autres civilisations gardées secrètes par le gardien des dormeurs dans le but de préserver son pouvoir. Des peuples organisés sous des bulles urbaines et divisés en deux clans : les Biobulles et les Technobulles. Deux mondes qui pourraient une fois encore s'apparenter au nôtre avec d'un côté des partisans de la technologie et de la croissance à tout prix qui s'oppose au peuple des Biobulles qui tente de préserver et d'économiser ce qui reste de notre terre et de ce que nous en avons fait. Une aventure palpitante et un sujet d'actualité.

  • Gaspard, l'un de mes trois frères, remonte l'escalier en hurlant que papa est mort et que maman a disparu.
    C'est très exagéré. papa respire encore. il est juste tombé dans les pommes. mais il a raison sur un point: maman a bel et bien disparu. d'ailleurs, le message qu'elle a laissé sur la table de la cuisine, bien que déchiqueté par le hamster, est explicite: " je suis partie. je reviens. pas ".

  • L'histoire à la fois émouvante et pleine d'espoir d'un jeune garçon de 12 ans, atteint d'une leucémie. Le lecteur suit l'évolution de la maladie et du traitement, au fil des jours et des semaines. Parmi le personnel soignant, à l'hôpital, deux clowns apportent sourires et fous rires, et permettent de parler de la maladie, et de la mort, d'une autre manière.
    Brieuc a 12 ans. Il apprend qu'il a une leucémie et personne ne lui cache la gravité de sa maladie.
    Il est admis à l'hôpital, pour de longs mois. Parmi le personnel soignant, deux clowns apportent sourires et fous rires. Et une autre vision de l'univers hospitalier.
    Les premiers traitements se révèlent inefficaces et seule une greffe de moelle peut sauver Brieuc.
    Sa petite soeur de 7 ans, Léa, est compatible, mais Brieuc refuse. Il refuse qu'on fasse du mal à Léa, il ne veut pas qu'elle se sente coupable, si la greffe ne parvenait pas à le guérir. Car la greffe n'est pas une assurance de guérison. À l'hôpital, deux clowns font partie du personnel soignant. De vrais clowns, avec maquillage gros nez rouge et chaussures géantes. Qui ont leurs mots à eux pour parler et pour écouter parler de la maladie.
    Ce récit atypique aborde sans faux semblants le thème du cancer chez les enfants. Sans rentrer dans des détails morbides, Éric Sanvoisin parvient à décrire avec beaucoup de justesse l'évolution psychologique d'un jeune garçon atteint de leucémie. Incrédulité, découragement, refus, révolte,
    résignation, le jeune malade passe par tous les sentiments. Bien que parfaitement entouré par ses parents et le personnel soignant, Brieuc est en effet bien seul. Le rôle des clowns, apparus dans les services hospitaliers depuis quelques années, est ici parfaitement intégré. Ils ne prodiguent pas de
    soins à proprement parler, mais permettent, par leurs facéties et leur délire, dissimulé par le maquillage et leur gros nez rouge, de dire l'indicible, la souffrance, l'angoisse, la peur. Car on guérit aussi par l'humour et la dérision.

  • L'enfant qui pouvait figer le temps
    Côme est timide. Élève de CM2, il aime une camarade de classe, une petite Africaine qu'il n'intéresse pas. Un matin, il se rend compte que tout a changé autour de lui. Ses parents ne le voient pas. Il pense être devenu invisible. À l'école, mal dans sa peau, il a de mauvaises notes. L'institutrice l'envoie au tableau. Tout semble se figer autour de lui. Il réalise qu'il a le pouvoir de se déplacer dans le temps des autres. Formidable ! pense-t-il. Voilà le moyen de faire comprendre à Sophie qu'il n'est pas un garçon comme les autres ! Côme fraude, il triche, il vole, il ment. Et le pouvoir se retourne contre lui. Saura-t-il redresser la barre et grandir oe

  • Mathis, un jeune garçon de 13 ans, atteint d'un cancer et croyant sa fin proche, se réveille dans le futur et constate qu'il a été cryogénisé afin de laisser à la science le temps de trouver un remède à son mal.
    Mais son réveil se produit 154 ans plus tard, et le monde a totalement changé :
    à cause d'événements qui se sont déroulés pendant son sommeil, les gens sont obligés de vivre sous terre. L'organisation de la société, dans ces conditions, se trouve complètement transformée ; il s'aperçoit alors qu'être un Réveillé, comme on les appelle ici,implique une mission dont il va se charger.

empty