• Je lis, j'écris entend garantir un apprentissage de la lecture en toute sécurité et accessible à tous, grâce au soin apporté à l'acquisition méthodique du déchiffrage. Je lis, j'écris joue en même temps la carte de l'intelligence que tous les enfants ont préalablement développée par le maniement de la langue et qu'ils peuvent continuer à construire en se confrontant à des textes exigeants. Je lis, j'écris contribue enfin à la formation du sens esthétique du jeune lecteur, en proposant une initiation au langage des formes et une confrontation originale au patrimoine artistique.

  • Comment bien enseigner la lecture et l'ecriture Nouv.

  • Dans la lecture, l'accès à la compréhension passe nécessairement par la maîtrise d'un déchiffrage habile et précis, ce qui suppose un apprentissage qui part des lettres, des graphèmes, des syllabes. Cet ouvrage montre que la syllabique, identifiée parfois à la pauvreté de certains textes utilisés, n'est en rien incompatible avec la poursuite d'ambitions culturelles fortes. Bien au contraire, elle est la garantie, la condition même de l'accès à des textes exigeants lorsque ceux-ci sont proposés aux apprentis lecteurs.

  • Pourquoi aujourd'hui encore, en France, 20 % des jeunes sortent-ils de l'école sans être capables de lire correctement un texte ? Existet- il une méthode incontestable pour enseigner efficacement la lecture ? La discussion n'a pas cessé depuis l'invention au début du XXe siècle de la méthode dite globale. Et surtout depuis les années 1970, lorsque le grand mouvement de rénovation des pratiques pédagogiques disqualifie la vieille méthode syllabique, jusque-là dominante. Afin de sortir de l'échange stérile et répétitif d'arguments polémiques, cet ouvrage met l'accent sur l'expérience pratique : parmi les démarches d'apprentissage actuellement en usage, et les manuels qui les portent, qu'est-ce qui marche, et qu'est-ce qui marche moins bien ? Il fait ainsi le point sur les connaissances les plus récentes en matière d'apprentissage efficace. Les auteurs s'adressent à ceux, enseignants, parents, qui ont en charge l'apprentissage de la lecture. Ils présentent les méthodes et les manuels, et s'efforcent d'éclairer, à partir des résultats d'enquêtes, les questions les plus récurrentes de l'enseignement de la lecture : le déchiffrage et la compréhension, l'importance ou pas de la méthode, la façon d'enseigner le code graphophonologique, etc. Et ils proposent des tests permettant d'évaluer les progrès des apprentis lecteurs

  • Le choix des méthodes d'apprentissage de la lecture a donné lieu à une polémique particulièrement confuse, dont ce livre entend clarifier les enjeux.
    Par opposition à la vieille décomposition syllabique (le b.a.-ba), disqualifiée pour son caractère mécanique et ânonnant, on a cru trouver dans des techniques d'identification directe des mots et du sens les moyens d'une pédagogie plus respectueuse des intérêts de l'enfant et de sa spontanéité. Ce furent la méthode globale, puis le compromis des méthodes « mixtes ».
    Force est de constater que les résultats ne sont pas au rendez-vous. Les méthodes actuelles laissent trop d'enfants au bord du chemin, en particulier dans les milieux culturellement défavorisés. Or diverses études ont montré que l'appropriation systématique du code écrit permise par la syllabique rend l'entrée dans la lecture plus aisée pour tout le monde. Des conclusions corroborées par le travail clinique avec des jeunes en grande difficulté.
    N'est-il pas temps, dès lors, de repartir du bon pied, en admettant avec les auteurs que « la syllabique n'est ni de droite ni de gauche : elle est juste efficace » oe

empty