• « De retour sur les pas de son enfance, Jean était venu s'asseoir dans l'herbe au bord du petit lac de la Cerisaie en contrebas de l'ancienne propriété familiale. Comme dans un rêve il prenait plaisir à se souvenir de la sérénité et du bonheur de vivre qui avaient bercé toute sa jeunesse. C'est ici à la Cerisaie qu'il avait grandi, qu'il avait passé de si douces années entouré de ces femmes aimantes et attentionnées. C'est ici qu'il avait été si heureux et il lui était bien doux de laisser ses pensées voguer sur cette époque où tout ou presque lui était permis.





    Bien sûr, tout petit il avait appris à composer avec cette mère autoritaire qui avait mené son éducation d'une façon stricte et sans compromis. Mais finalement il ne lui en tenait pas rigueur. Dans ce milieu bourgeois, il était convenu que c'est ainsi qu'un garçon devait être élevé afin d'être formé dans une tradition qui lui permettrait de relever le gant de son héritage. »

  • Le 6 mai 1682, après 39 années de règne, Louis XIV s'installait à Versailles. Le roi réunissait ainsi autour de lui sa famille, sa Maison et la Cour, de même que toutes les instances du gouvernement à l'exception du Parlement et de l'Archevêché. Embelli dès 1661, l'ancien petit château de Louis XIII allait devenir, grâce à l'architecte Hardouin-Mansart, le centre d'une véritable cité administrative. L'étiquette, que la disposition des appartements royaux aide à comprendre, règle désormais la vie de Cour. Versailles, capitale de la France et capitale des arts, est un modèle pour l'Europe entière. Après la Régence parisienne, Louis XV, à l'âge de douze ans, revient à Versailles. De 1772 à 1774, tout son règne le montre, le Bien-Aimé poursuit l'oeuvre de son aïeul et maintient toujours fermement la machine gouvernementale. Mais les beaux esprits tiennent maintenant salon à Paris. Versailles, qui continue pourtant à s'accroître, perd son rôle de capitale intellectuelle. Sous Louis XVI, la cour garde son formalisme habituel. Très vite, cependant, les courtisans habitent Paris, et le roi se retrouve de plus en plus isolé. Avec le rétablissement des Parlements, Paris gagne la victoire que le Roi-Soleil lui avait fait perdre au profit de Versailles. L'ouverture des États généraux est la dernière grande cérémonie de l'Ancien Régime. Le 6 octobre 1789, Louis XVI et ses proches partent pour les Tuileries. Symbole du droit divin pendant un siècle, Versailles ne sera plus capitale.

  • Dans cet ouvrage publié en 1977, Daniel Lindenberg et Pierre-André Meyer montrent, l'un par une approche biographique, l'autre par une analyse théorique, qu'il n'est plus permis d'ignorer aujourd'hui Lucien Herr, mort en 1926, qui a, par sa pensée et son action, préparé la difficile alliance du socialisme et de la liberté.

  • Im Hinblick auf seine Rezeption ist Oswald Spengler nicht nur ein deutsches oder gar ein europäisches, sondern auch geradezu ein Weltphänomen. Spenglers Werk dient vielen als Bezugsgrße für die Analyse der heutigen geistigen und politischen Situation in Europa und in der Welt. Die Beiträge dieses Bandes versuchen, verschiedene Aspekte dieser räumlich und zeitlich unbegrenzten Rezeption zu beleuchten. Sie hängt selbstverständlich von der Krisenhaftigkeit der Zeiten ab. Das in dieser vielseitigen Rezeption dominierende Motiv vom Untergang des Abendlands wird aber von den außereuropäischen Rezipienten nicht selten als Verheißung des Aufstiegs ihres eigenen Kulturkreises gedeutet. So zeigt sich nicht nur das kulturkritische, sondern auch das politische bzw. geopolitische Potential von Spenglers Werk.

empty