• Si pendant longtemps les hommes ont ignoré, voire nié, le phénomène d'extinction des espèces, celui-ci est aujourd'hui au coeur du débat écologique et suscite de nombreuses idées reçues : « La sélection naturelle conduit à l'extinction des espèces », « Les dinosaures se sont éteints brutalement », « Le changement climatique est un facteur majeur de l'extinction des espèces », « Le dodo a été exterminé par l'homme », « Il est possible de faire revivre des espèces disparues », « L'espèce humaine pourrait, elle aussi, disparaître »...
    À l'aube de ce que certains présentent comme la 6e extinction de masse, Eric Buffetaut nous éclaire sur le cycle complexe de l'évolution des espèces, au travers d'une approche historique et scientifique, illustrée par de nombreux exemples.
    Spécialiste de la paléontologie des vertébrés et docteur ès sciences, Eric Buffetaut est Directeur de Recherche au CNRS (Laboratoire de Géologie de l'École Normale Supérieure, Paris).

  • Peu d'animaux disparus ont suscité autant d'engouement auprès du public que les dinosaures, au point que certains, comme le tyrannosaure, nous semblent parfois plus familiers que bien des êtres vivants d'aujourd'hui.
    Rançon de la gloire et de cette vulgarisation « de masse », les idées reçues abondent, qui puisent parfois aux sources d'anciens savoirs non actualisés. Les dinosaures seraient ainsi des animaux gigantesques, vivant dans des zones marécageuses, qui se seraient éteints de manière mystérieuse et sans descendance, et que le paléontologue pourrait aujourd'hui reconstituer à partir d'un seul os, voire retrouver tout entiers congelés dans les glaces des pôles ! Autant de poncifs repris par la BD et le cinéma où les hommes préhistoriques côtoient les dinosaures... alors que plusieurs dizaines de millions d'années les séparent.
    Faisant le point sur les découvertes les plus récentes, Eric Buffetaut nous permet de dépasser ces clichés et de connaître plus précisément ces dinosaures en apparence si familiers.

    Nouvelle édition revue et augmentée.

  • À la fin d'une conférence que donnait l'auteur sur la paléontologie, vint une question à laquelle il ne s'attendait pas : « Mais Monsieur, à quoi cela sert, ce que vous faites ? ». Rien d'agressif dans le ton de la dame qui l'interrogeait ainsi, mais une perplexité certaine : quelle utilité cela pouvait-il bien avoir de s'intéresser à des êtres morts depuis des millions d'années ? Si l'on se cantonne dans une attitude purement utilitariste, les dinosaures, il faut bien le dire, ne servent pas à grand chose, pas plus que l'immense majorité des fossiles qu'étudient les paléontologues. Et pourtant, la paléontologie a quelque chose à apporter à tous ceux qui s'intéressent peu ou prou au monde dont ils font partie. Elle a un message, et même de multiples messages, à transmettre. Il suffit d'ailleurs de remonter un peu dans l'histoire, de guère plus de deux siècles, pour constater à quel point les découvertes paléontologiques ont modifié notre conception de la place de l'homme dans l'Univers. Et ce n'est pas fini...

  • Yéti, Bête du Gévaudan, monstre du Loch Ness, grand serpent de mer... le bestiaire de la cryptozoologie fascine autant qu'il hérisse. Coincée entre scepticisme et crédulité, science pour les uns - les découvertes de l'okapi ou du saola témoignent de la validité de la démarche -, pseudo-science pour d'autres, la cryptozoologie n'en finit pas de faire débat. Pour tenter d'y voir plus clair, il est donc important de passer en revue certaines des « causes célèbres » de la cryptozoologie et, au-delà de l'existence ou non de ces animaux, de s'interroger aussi sur l'édifice culturel, sociologique et ethnographique qui s'est construit autour. Car quand bien même certains de ces êtres mystérieux n'auraient pas de réalité biologique, il n'est pas interdit d'introduire une part d'imagination, voire de rêve, dans la recherche scientifique. Si le rêve est maîtrisé, la recherche n'en devient que plus créative.

    Docteur ès sciences, Eric Buffetaut est Directeur de Recherche émérite au CNRS (Laboratoire de Géologie de l'École normale supérieure, Paris), spécialiste de la paléontologie des vertébrés. Son intérêt pour la cryptozoologie, remonte à la lecture, pendant son adolescence, des livres de Bernard Heuvelmans sur ce sujet.

  • « Les dinosaures étaient gigantesques », « Les paléontologues peuvent reconstituer un dinosaure à partir d'un seul os », « Les dinosaures se livraient de féroces combats », « On trouve des dinosaures congelés dans les glaces des pôles », « Les dinosaures se sont éteints sans descendance », « On pourra un jour faire revivre les dinosaures à partir de leur ADN », « On ne saura jamais pourquoi les dinosaures ont disparu »... Eric Buffetaut dresse ici un portrait très complet de ces animaux qui continuent defasciner petits et grands et d'alimenter de nombreuses idées reçues !

  • Ce livre retrace l'évolution des conceptions sur les fossiles et leur signification, depuis les conceptions mythologiques de l'Antiquité jusqu'aux controverses actuelles, en passant par la découverte de l'extinction des espèces et celle de l'évolution. Il replace les grands débats actuels de la paléontologie dans leur contexte, en tenant compte des découvertes les plus récentes.

  • Déjà, l'homme préhistorique collectionnait les fossiles. L'homme historique vit ensuite, dans des ossements démesurés, les restes de géants légendaires. Puis, fort de la Bible, il les attribua aux monstres noyés par le Déluge. De la fin du XVIIe siècle à celle du XVIIIe, une science véritable des fossiles se constitua enfin, révélant l'existence passée d'espèces disparues. La paléontologie scientifique était née. Elle faisait revivre une terre étrange, peuplée d'animaux inconnus, que Cuvier remontait comme des puzzles et dont les dimensions et la difformité suscitaient l'étonnement, l'effroi et l'admiration du public. La découverte d'une longue succession de formes de vie, ouvrait la voie à l'idée d'évolution. À partir du milieu du XIXe siècle, la paléontologie, profitant de l'expansion coloniale, devait étendre son champ d'action à la planète entière. De partout, surgirent de nouveaux fossiles sous les pics de mineurs, d'explorateurs, d'aventuriers de la science. L'histoire de la paléontologie naissante est traversée d'épisodes extraordinaires, peuplée d'excentriques, parfois de marginaux autodidactes, souvent obsédés par leur recherche au point d'y sacrifier - littéralement - leur vie. De l'Ouest américain à la Sibérie, de la Belgique à la Chine, ils déterrent et rapportent dinosaures géants et mammouths gelés qui trônent dans des foires, aussi bien que dans des musées. Ce livre, le premier de son genre en langue française, raconte l'histoire tumultueuse d'une aventure collective qui fut autant physique qu'intellectuelle, celle de la paléontologie des vertébrés, depuis les superstitions antiques jusqu'aux grandes expéditions du XXe siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty