• En mai 2018, cinq ans après les premières mesures d'urgence demandées par le pape François pour assainir les finances du Vatican, le constat est plus alarmant que jamais. Si rien n'est fait, le versement des salaires et des pensions sera compromis et, avec lui, l'intégrité et l'existence même du petit Etat : la faillite est annoncée pour 2023. A travers cette enquête s'appuyant sur plus de trois mille documents confidentiels, Gianluigi Nuzzi dévoile les machinations qui, malgré l'urgence, entravent l'ultime mission de sauvetage mise en place par François : opérations de déstabilisation des fidèles collaborateurs du pape, sabotage acharné de leur travail, budgets falsifiés...
    Face à l'inertie d'une Curie corrompue, aux privilèges et aux malversations scandaleuses que certains veulent à tout prix dissimuler, François parviendra-t-il à sauver le Vatican de la banqueroute imminente ?

  • Péché originel

    Gianluigi Nuzzi

    Chantages, violences et mensonges : le Pape François seul contre la corruption.

  • Chemin de croix

    Gianluigi Nuzzi

    L'auteur, journaliste spécialisé dans les enquêtes judiciaires et leurs implications politico-juridiques, s'exprime sur la manière dont le pape tente de réformer le Vatican depuis son élection en se battant contre la corruption au sein de l'Eglise catholique.

  • Alors que la morale catholique devrait être le socle du Vatican, Gianluigi Nuzzi révèle, à travers des documents secrets et inédits, la face cachée de l'État papal. Tractations politiques et financières, luttes d'influence, mensonges et trahisons, affaires de moeurs, la religion se retrouve au coeur de démêlés habituellement dévolus aux états politiques ordinaires. Plongés dans le quotidien du pape et au sein d'organismes comme la banque du Vatican, découvrez au fil des pages une réalité inattendue et explosive.

    La parution de ce livre a généré une onde de choc qui a ébranlé le Vatican et le monde catholique. Mais l'auteur récuse toute accusation : " Je n'attaque pas l'Eglise mais les secrets du Vatican ".

  • Après la faillite de la banque Ambrosiano, le Vatican pensait bien en avoir fini avec les scandales financiers.
    C'était un voeu pieux. Monseigneur Dardozzi (1922-2003), homme clef des finances du Vatican et membre important de l'IOR, la « banque du Vatican », a constitué des archives secrètes, d'environ quatre mille documents, et les a confiées à sa mort, à Gianluigi Nuzzi, auteur de ce livre. Ces lettres, rapports, bilans, procès-verbaux, virements dévoilent une face cachée des finances du Vatican. Ces archives prouvent l'existence d'un nouveau scandale dont la cheville ouvrière est Monseigneur de Bonis, secrétaire particulier de Monseigneur Marcinkus, au temps de l'affaire Ambrosiano, qui avait échappé, lui, à la justice italienne, grâce aux accords du Latran interdisant à l'Etat italien de poursuivre judiciairement toute personne travaillant dans les structures centrales de l'Etat du Vatican.
    Monseigneur de Bonis a créé un réseau parallèle à l'IOR de comptes affectés à des fondations ou à des associations de bienfaisance fictives les protégeant ainsi de toute curiosité mal placée. Ces comptes chiffrés sont ouverts à des banquiers, des entrepreneurs, des promoteurs immobiliers, des mafieux et des hommes politiques de premier plan comme Giulio Andreotti, sous des noms cryptés. Ils recueillent des centaines de millions d'euros appartenant à ces personnes, souhaitant cacher leurs avoirs, et de l'argent « sale » comme le méga pot-de-vin de l'affaire Enimont révélé par l'opération Mains Propres, mais aussi de l'argent « propre » donné par les fidèles (le denier du culte) ! Tout cet argent est ensuite transféré anonymement par un système très sophistiqué sur des comptes personnels, en utilisant des montages financiers complexes, via, par exemple, des bons du Trésor dont les numéros sont identifiés et dont on retrouve les traces. sur les comptes fictifs créés par Mgr de Bonis dans l'IOR parallèle, échappant ainsi à la comptabilité officielle de l'IOR.
    Il existe donc un IOR parallèle, véritable système offshore protégé de la justice italienne par les accords du Latran. C'est une banque dans la banque, utilisée également par la mafia pour ses « affaires » industrielles, financières et politiques, dans la discrétion et l'anonymat le plus complet. Un paradis fiscal sous le contrôle exclusif de l'Etat du Vatican. Le tout au nom de Dieu. Il va sans dire que Mgr de Bonis profite de ce système pour se constituer une fortune considérable à titre personnel.
    A partir de tout ceci, Nuzzi mène alors une autre enquête basée sur de nouveaux témoignages mêlant politique et finances. Car certains de ces comptes affectés à des hommes politiques et à des mafieux, comme Toto Riina et Bernardo Provenzano, sont destinés à financer la création d'un parti politique de centre qui pourrait servir de point d'appui à l'Eglise après la chute attendue de la démocratie chrétienne.
    Récit d'un nouveau scandale dans les murs du Vatican.

  • More ruthless than the Mob, more powerful than the Camorra - a searing insider account of the Calabrian Mafia

  • A massive bestseller in its native Italy, and a book that can justly be compared with Roberto Saviano's Gomorrah, Blood Ties is a terrifying account of the 'ndrangheta's criminal activities over the last four decades. Originally from Calabria, this sinister organization has - like the Mafia in Sicily and the Camorra in Naples - a vicious hold over northern Italy and much of the rest of the country, too, a stranglehold that is growing every day.
    Told to the authors by an insider, Pippo di Bella, a 'pentito', a former member of the gang now turned state's evidence, it reveals many hitherto unknown operations, as well as throwing new light on well-known cases from the past. It shows an organization which retains and strengthens its position through corruption, drug smuggling, gun running, violence, extortion and kidnapping. Visceral, compelling and terrifyingly readable, it paints a brutally vivid picture of the most dangerous and powerful of the Italian mafias, one which demands to be read.

empty