• « J'adore la vision qu'a Jean-Marie de cette époque enchantée qu'il a traversée avec grâce, comme s'il était là par hasard. J'aime la façon qu'il a d'épingler les bonheurs comme des papillons, de chasser les chagrins d'un revers de mot, comme des mouches, pudeur oblige. J'aime plus que tout le regard qu'il porte sur sa famille. Parmi tous les éclats de vie, souvenirs, rencontres, amitiés, amours, parmi Johnny et Sylvie, Jacques Dutronc et Françoise Hardy, Patrick Modiano et Françoise Sagan, et aussi les jeunes Guillaume Gallienne ou Édouard Baer dont il découvrait la fantaisie avant tout le monde, j'aime son album de famille. »

  • 1960-1970

    Jean-Marie Perier

    • Privat
    • 14 Novembre 2019

    Dans ce livre, Jean-Marie Périer nous ouvre les portes de la gigantesque galerie que fut le début de sa carrière de photographe dans les années 1960-1970. Il emmène le lecteur à la rencontre des icones naissantes de cette période aussi bien en France qu'à l'international. Johnny Hallyday, Jacques Dutronc, Françoise Hardy ou encore les Beatles ou Marianne Faithfull se succèdent à travers les pages et s'offrent au lecteur à travers l'objectif de Jean-Marie Périer. Près de 400 photos (dont 150 inédites), noir et blanc ou couleur, grand ou petit format, retracent une époque immortalisée par l'un de ses plus grands photographes. Le livre alterne photos et, pour le première fois, de longs textes qui se complètent et plongent le lecteur au coeur des deux décennies. Jean-Marie Périer y évoque sa vision de cette génération qu'il a connue et côtoyée et livre des anecdotes intimes sur des personnalités qui ont marqué une époque et sont entrées dans la légende.

  • Des petits histoires émouvantes, drôles et cocasses qui égratignent avec humour la condition du troisième âge. Troisième âge, sénior, vieux... il y a de nombreuses expressions pour qualifier ces plus de soixante ans. Célébré par la presse comme étant " l'âge du bonheur " , les sexagénaires ne sont plus en reste côté dossier sexo ou ciblage marketing. Jean-Marie Périer, qui a un peu dépassé cette soixantaine, égratigne cette image idéale dans un recueil de nouvelles qui remet les pendules à l'heure.
    " Pourquoi notre époque s'ingénie-t-elle à cacher la vérité sur le quatrième âge ? Pourquoi vouloir à tout prix nous faire croire que la vie commence à soixante ans ? Pourquoi prétendre que la notion de l'âge est dans la tête alors que le matin au réveil des muscles ignorés nous rappellent à l'ordre ? " Il illustre avec beaucoup d'humour et d'acuité les derniers cents mètres de ces hommes et ces femmes en plein chant du cygne ou en bout de course, des histoires émouvantes, parfois cocasses, des retrouvailles et de vengeances, des retours de flamme ou de bâtons.
    Des histoires de vieux, en somme, pour exorciser la " panique des prochaines réjouissances " ...

  • Les chiffres sont muets à ce sujet. Mais la réalité est pourtant là, dans la rue. Chaque année, dans toute la France et dans tous les milieux, des adolescents, garçons et filles, sont jetés de chez eux : « T'es gay ? Tu n'es plus mon fils. » Lorsqu'il découvre par hasard ce scandale sociétal, le sang de Jean-Marie Périer ne fait qu'un tour. Le photographe des yéyés, qui a toujours évolué dans un milieu culturel éminemment tolérant, ne se doutait pas que l'homophobie puisse encore mener à de telles extrémités. Alors, un peu maladroitement, il ira toquer à la porte du Refuge, un centre d'accueil spécialisé. Là, il recueillera neuf témoignages de jeunes chassés de leur foyer, stigmatisés, livrés à eux-mêmes. Leurs histoires ressemblent à des milliers d'autres : drogue, prostitution, mendicité... Elles sont le fer de lance d'un combat qui n'est pas terminé. Un combat pour la liberté sexuelle et la tolérance, un combat pour l'avenir.

  • Jean-Marie Périer

    Jean Marie Perier

    • Chene
    • 5 Novembre 2008

    Photographe des idoles dans les années 60 en collaborant à la revue salut les copains - qui restera la trace marquante des années yé-yé - fondée par son ami daniel filipacchi, des célébrités depuis 1990 en partageant son activité entre la presse et les reportages réalisés pour les maisons de musique et d'édition et réalisateur de plus de 600 spots publicitaires, de documentaires et de plusieurs longs-métrages, jean-marie périer n'a jamais cessé de jouer avec l'image. a travers une galerie de plus de 400 portraits, réalisés entre 1960 et aujourd'hui et présentés de manière chronologique, tour à tour naifs, poétiques, drôles, émouvants, surprenants, tendres, fraternels, ou mis en scène de manière échevelée, le photographe nous invite ici à retrouver ou à découvrir toutes ces célébrités sous son oeil toujours gai, enthoutiaste et spontané. françoise hardy angélique sur fond de tour eiffel, sylvie vartan en maîtresse d'école, johnny halliday façon james dean, jacques dutronc et ses vampires, etienne daho dans un parking sous une lampe à bronzer..., chaque photo est une surpirse, un spectacle d'un très court instant, et se présente comme un hymne à la liberté. les courts textes de l'auteur accompagnent chaque photographie, et relevant ici et là quelques anecdotes ou révélant parfois une intimité subtile entre le photographe et son sujet, achèvent de faire de ce livre un panorama fantasmagorique et magique de centaines d'artistes et de plusieurs époques, qui ne peut que nous éblouir et nous faire sourire.

  • Depuis 30 ans, Reporters sans frontie`res poursuit sans rela^che son combat pour la liberte´ d'informer.

    Dans ce numéro, RSF prend la défense de Gao Yu, journaliste chinoise emprisonne´e, d'Austin Tice, journaliste ame´ricain kidnappe´ en Syrie ; et de´nonc¸e des crimes de guerre en se´rie au Moyen-Orient, et le Premier ministre Thaïlandais Prayut Chan-o-cha, apprenti dictateur.

    Le portfolio de cet album est consacré à Jean-Marie Périer, photographe des années yéyés. La couverture est une photographie de Françoise Hardy en robe Paco Rabanne, prise en 1965. Le portfolio rassemble des photos célèbres ou moins connues de chanteurs et acteurs tels que Jacques Dutronc, Sylvie Vartan, Johnny Hallyday, Catherine Deneuve, Alain Delon, Eddy Mitchell, les Beatles, les Rolling Stones...

    L'écrivain Patrick Modiano, lauréat du prix Nobel de littérature et ami de longue date de Jean-Marie Périer, signera la préface de cet album rendant hommage à celui qui a su capter « ce quelque chose de volatil, de la couleur de nos rêves, et que l'on appelle aussi l'air du temps ».

    D'autres personnalités témoignent, dans des textes de qualité, de leur amitié pour Jean-Marie Périer :
    - Bertrand Delanoë, Maire honoraire de Paris .
    - Christian Lacroix, grand couturier .
    - Marc Lambron, écrivain français et membre de l'Académie française.
    - Marc Levy, écrivain.
    - Jean-Jacques Naudet, ?directeur L'Oeil de la Photographie .
    - Bernard Pivot, journaliste français et président de l'Académie Goncourt.
    - Anne Wiazemsky, écrivaine, actrice et réalisatrice française.

  • Rencontres

    Jean-Marie Perier

    • Chene
    • 3 Octobre 2012

    « Ma chance, c'est d'avoir toujours su que j'avais de la chance. En effet, avoir vingt-deux ans en 1962 faisait déjà de moi un privilégié, mais se retrouver par hasard là où il fallait et avec qui il fallait tenait du miracle. » Depuis les années 1950, Jean-Marie Perier a photographié les grands noms de la musique anglo-saxonne, qu'ils soient issues des courants jazz, rock, pop ou folk. À travers ce recueil photographique, rassemblant près de 200 clichés pour beaucoup inédits, Jean-Marie Périer nous livre tous ses souvenirs de tournée, de reportages pour le magazine « Salut les copains », de prise de vue pour les pochettes de disque ou d'instants volés qu'il a passés avec les plus grands artistes tels que Miles Davis, Dizzy Gilepsie, Chuck Berry, Marianne Faithfull, les Beatles mais aussi (et surtout) les Rolling Stones , croquant avec humour le portrait souvent méconnu ou inattendu de ces icônes internationales.

  • Françoise

    Jean-Marie Perier

    • Chene
    • 5 Octobre 2011

    " Ce qui m'a tout de suite frappé chez Françoise, c'est qu'elle n'avait aucune conscience de son incroyable beauté.
    Pour un photographe, c'est une situation idéale, et pour le jeune homme que j'étais ce fut un vrai choc. " Photographe de nombreuses célébrités, Jean-Marie Perier a noué depuis les années 1960, une amitié très forte et très touchante avec Françoise Hardy. A travers un parcours photographique rassemblant près de 200 clichés autour desquels le photographe et son sujet se répondent, cet ouvrage nous livre le regard pétillant, subtile, intime et émouvant de Jean-Marie Perier sur l'une des plus grandes idoles des yéyés et de la scène musicale française, sur l'icône de mode et surtout sur la grande amitié qui les lie depuis toutes ces années.

  • Loin de Paris

    Jean-Marie Perier

    • Kero
    • 18 Septembre 2014

    " Mais tu ne t'ennuies pas là-bas ?
    Cette phrase-là, mes amis parisiens me l'ont tous sortie au moins une fois. D'abord, à part à l'école, je n'ai jamais connu l'ennui, ensuite malgré ma tronche de ludion métissé, il semblerait que j'aie contre toute attente une vie intérieure m'aidant à surmonter les longues soirées d'hiver.
    Et puis ici à Villeneuve, contrairement à la capitale, on ne gémit pas. On est gentil avec les chiens et même avec les étrangers. On ne se lève pas le matin pour être "contre', pour dire "NON', pressé de se plier ainsi à l'hégémonie du ricanement systématique de l'intelligentsia dominante, ou au cynisme des petits-bourgeois déguisés en prolos arborant Che Guevara sur des tee-shirts Prada.
    Ici, quand on est branché, c'est sur la tondeuse. " De l'Aveyron à New-York, de Françoise Hardy à Jean Batut, boucher à Villefranche-de-Rouergue, Jean-Marie Périer nous entraîne à la rencontre de ses amis, célèbres ou anonymes, en 100 portraits dans un livre humain, riche en anecdotes et empreint d'humour.

  • On connaît bien Jean-Marie Périer, " le photographe des idoles " au joyeux temps de Salut les copains dans les années 60, celui des stars aujourd'hui pour Elle et d'autres magazines, réalisateur de surcroît pour la télévision et au cinéma (Antoine et Sébastien.). Du moins on croit bien le connaître, l'oeil rivé derrière l'objectif de ses appareils-photo ou de sa caméra. Mais c'est un homme secret, qui sait montrer les autres et qui ne se livre pas. C'était. Aujourd'hui, il écrit : " C'est un peu présomptueux de raconter sa vie. Pour en dire toute la vérité, il faudrait autant de temps pour la revivre que pour la rédiger. " Drôle de chose que la mémoire, quand soudain on décide de la faire parler :

    " Je me rends bien compte que ce que j'écris est hachuré, synthétique. Ce sont comme des errances à travers des souvenirs. Aujourd'hui je les vis comme ça, qu'en sera-t-il demain ? C'est un peu comme les dunes quand le vent fait s'envoler le sable, sans cesse elles changent de formes, mais elles sont toujours là, les dunes, comme ma vie dont je me souviens mal. " Pourtant, Jean-Marie Périer nous entraîne avec lui du côté de son enfance, quand sa mère était là, " la plus belle de Paris. " - la comédienne Jacqueline Porel, petite fille de Réjane -, puis quand elle est partie, " fini sa voix qui chantait dans la salle de bains, plus de jeux de piste en suivant son parfum à travers les pièces, adieu sa main dans mes cheveux. ", mais lorsque son père - François Périer - veillait sur lui, à Neuilly, et qu'il disait en revenant du théâtre : " Bonsoir, mon Jantou ! " C'était l'époque où il jouait du piano du matin au soir.

    Jusqu'à ce fameux jour, en 1956, où le ciel lui tombe sur la tête. Un ami de sa mère lui dit : " Voilà ! Ton père c'est pas ton père. Ton père, c'est lui ! " en lui tendant une pochette de disque. C'est un disque d'Henri Salvador. Il a seize ans. Il ne le connaît pas.

    Un livre magnifique, surprenant, bouleversant. Un livre qui remue le coeur et nous change. Un livre tendre. Non, Jean-Marie Périer n'était pas " présomptueux " en écrivant ce livre. Il faut s'y plonger pour comprendre. Ouvrez-le.

  • Chroniques d'un dilettante Nouv.

  • Tous les jours, des jeunes sont chassés par leur famille uniquement parce qu'ils sont homosexuels. Jean-Marie Périer est allé à la rencontre de ces adolescents jetés à la rue du jour au lendemain, sans soutien, sans argent et sans avenir. Il oeuvre désormais pour que cesse cette situation intolérable.

    Certains parents, lorsqu'ils découvrent l'homosexualité de leur fils ou de leur fille, se déchaînent contre leur enfant : insultes, coups, flicage, séquestrations, tout arrive. Avec, au final, une même conclusion : « T'es gay ? Casse-toi ! » Touché par la détresse de ces adolescents bannis et révulsé par l'aberration d'être puni pour le seul fait d'aimer une personne du même sexe, Jean-Marie Périer, le célèbre photographe des années 1960 et de Salut les copains a eu envie d'agir : en rencontrant ces jeunes venant des quatre coins de France et issus de tous milieux, il s'est engagé à porter leur voix. Pour que l'histoire de Sandra, Antoine Hassan, Jimmy et les autres, rejetés par leurs parents, bouscule les idées reçues. Pour que l'on parle enfin d'homosexualité sans tabou ni mauvaise foi, et qu'au début du XXIe siècle, chacun puisse être libre d'aimer sans avoir peur.

    Sans langue de bois, Jean-Marie Périer, l'homme qui a fait rêver toute une génération, livre un document exceptionnel dans lequel les témoignages bouleversants de ces adolescents des rues se mêlent à son indignation.

  • Jean-Marie Périer nous raconte l'énigmatique patron de presse Daniel Filipacchi, son « troisième père », l'homme qui l'a aidé à se construire et qui fut au centre des années Salut les copains.
    Daniel Filipacchi. Voix lointaine pour certains, il est une signature pour d'autres, une marque, presque un logo. Avec Salut les copains, il a fait vibrer toute une génération, révélant au grand public Françoise Hardy, Sylvie Vartan, Johnny Hallyday, Claude François... Nous sommes dans les années 60, le rock débarque sur les ondes, les idoles sur papier glacé et Daniel mène la danse. Paris Match, Playboy, Marie-Claire, Mlle Age Tendre... autant de journaux qu il a créés, dirigés ou repris.

  • Comment faire du neuf - et du beau ! - avec du vieux ? En vous inspirant des artistes, des artisans et des créateurs qui ressuscitent nos objets mis au rebut...
    A votre tour d'aller chiner dans les brocantes et les vide-greniers, de flâner dans les puces, mais avant tout, n'oubliez pas d'écumer vos placards, vos caves et vos greniers, où se nichent mille objets usés et inutilisés !

empty