• Gabrielle Petit vécut de 1860 à 1952.
    Militante infatigable, conférencière reconnue et admirée en son temps, son nom est presque inconnu aujourd'hui, comme d'ailleurs celui de tant d'autres femmes, militantes féministes. Jean Maitron, dans son Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, évoque l'engagement libertaire et féministe de Gabrielle Petit, cependant l'article n'est guère complet et on trouvera dans le texte de Madeleine Laude de quoi nourrir sa curiosité.
    Gabrielle Petit a dirigé le journal La Femme affranchie de 1904 à 1913, puis, une nouvelle fois, en 1930. Parmi les nombreux thèmes développés, La Femme affranchie a consacré quantité d'articles à la dénonciation de la prostitution. Gabrielle Petit est au rendez-vous du syndicalisme et du féminisme. Elle est dans l'histoire et les combats de son temps - et du nôtre -, car le combat pour l'" affranchissement " est toujours d'actualité.
    La place de la femme n'est-elle pas toujours et encore inférieure...

empty