Langue française

  • 4 3 2 1

    Paul Auster

    * * * Shortlisted for the Man Booker Prize * * * New York Times Bestseller, Los Angeles Times Bestseller, Boston Globe Bestseller, National Indiebound Bestseller The Millions 's 'Most Anticipated'; Vulture 's 'Most Exciting Book Releases for 2017'; The Washington Post 's Books to Read in 2017; Chicago Tribune 's 'Books We're Excited About in 2017'; Town & Country 's "5 Books to Start Off 2017 the Right Way"; Read it Forward, Favorite Reads of January 2017 'An epic bildungsroman . . . . Original and complex . . . . A monumental assemblage of competing and complementary fictions, a novel that contains multitudes .'- Tom Perrotta , The New York Times Book Review 'A stunningly ambitious novel, and a pleasure to read . . . . An incredibly moving , true journey.' -NPR Paul Auster's greatest, most heartbreaking and satisfying novel-a sweeping and surprising story of birthright and possibility, of love and of life itself. Nearly two weeks early, on March 3, 1947, in the maternity ward of Beth Israel Hospital in Newark, New Jersey, Archibald Isaac Ferguson, the one and only child of Rose and Stanley Ferguson, is born. From that single beginning, Ferguson's life will take four simultaneous and independent fictional paths. Four identical Fergusons made of the same DNA, four boys who are the same boy, go on to lead four parallel and entirely different lives. Family fortunes diverge. Athletic skills and sex lives and friendships and intellectual passions contrast. Each Ferguson falls under the spell of the magnificent Amy Schneiderman, yet each Amy and each Ferguson have a relationship like no other. Meanwhile, readers will take in each Ferguson's pleasures and ache from each Ferguson's pains, as the mortal plot of each Ferguson's life rushes on. As inventive and dexterously constructed as anything Paul Auster has ever written, yet with a passion for realism and a great tenderness and fierce attachment to history and to life itself that readers have never seen from Auster before. 4 3 2 1 is a marvelous and unforgettably affecting tour de force.

  • Invisible

    Paul Auster

    • Theleme
    • 14 Février 2007

    Invisible offre plusieurs récits en un : plusieurs époques viennent fournir les clefs de compréhension de personnages qui se sont connus étudiants et qui se retrouvent autour de la mort et de l'écriture.
    Avec la virtuosité que l'on reconnaît à Paul Auster, ce roman commence par les souvenirs d'Adam Walker, et fait remonter à la surface tous les jeux de construction que la vie donne à différentes personnes, qui au départ jouaient avec la même partition.

  • Paul Auster Je pensais que mon père était Dieu « Des dépêches, des rapports envoyés du front de l'expérience personnelle » : ainsi Paul Auster définit-il les histoires contenues dans ce livre. Cent quatre-vingts histoires vraies, choisies parmi les envois d'auditeurs de tous les âges et de toutes les conditions, qu'il a pendant un an présentées sur les ondes.
    C'est toute la société américaine, avec ses personnages types, ses thèmes récurrents, ses réactions et ses croyances, ses malédictions et ses bonheurs, qui se reflète dans ce kaléidoscope. C'est aussi une réalité surprenante, non conforme à nos attentes ordinaires, et qu'on dirait traversée par des forces inconnues : hasard, prémonition, mystères.
    « Je me retrouve sans définition adéquate de la réalité », dit un des participants en conclusion de son histoire.
    D'où, assurément, la fascination du romancier de Léviathan et du Livre des illusions pour ces fragments vécus, qui semblent prolonger son oeuvre.

  • Paul Auster Le Diable par la queue Avant de connaître la consécration, Paul Auster a connu des années de « galère », comme tout écrivain qui se refuse à exercer un autre métier. De ses mésaventures, de ses tentatives, de ses véritables paniques devant les soucis matériels, il fait ici la chronique allègre. Elle commence aux querelles budgétaires qui minent le couple de ses parents, et s'achève à la parution de son premier livre.
    Les admirateurs de l'écrivain apprendront comment il a traduit en direct un discours de Jean Genet, inventé un jeu de cartes qui aurait assuré sa fortune sans l'arrivée de l'informatique, écrit un polar noir dans l'espérance d'un gros tirage...
    Mais au-delà de l'anecdote, cette réflexion sincère sur l'argent et la création éclaire d'un jour nouveau, de même que les souvenirs réunis sous le titre Pourquoi écrire ?, bien des pages d'une oeuvre romanesque déjà classique.

    Paul Auster donne une des autobiographies les plus originales, les plus audacieuses jamais écrites par un écrivain. Qui a osé raconter sa vie sous l'angle de l'argent oe Michel Contat, Le Monde.

  • Paul Auster Léviathan Comment et pourquoi Benjamin Sachs, jeune écrivain talentueux des années Reagan, est-il devenu le poseur de bombes qui plastique l'une après l'autre les multiples statues de la Liberté ornant les villes américaines oe C'est à cette question que cherche à répondre son ami Peter Aaron dans ce récit traité à la manière d'une biographie, réponse anticipée aux enquêteurs du FBI, à la légende médiatique qui s'est déjà emparée de Sachs. Et le romancier du Voyage d'Anna Blume de nous donner, dans le sillage des écrivains prophètes que furent Whitman ou Thoreau, le portrait d'une Amérique déboussolée, qui a renié sans même s'en apercevoir ses valeurs fondatrices.
    Un récit d'une limpidité rigoureuse, aux personnages - notamment féminins - d'une remarquable vérité.

    Peu importe que tous les genres littéraires se confondent dans cette fiction gigogne ; peu importe qu'on oublie tout pourvu qu'au détour d'un alinéa, d'un paragraphe, se lise en filigrane le mal américain.

    Alfred Eibel, Le Quotidien de Paris.

    Aussi net qu'une lumière d'hiver, palpitant comme un polar et retors comme un roman à tiroirs, Léviathan est une des plus belles réussites de son auteur.

    Catherine Argand, Lire.

  • Paul Auster Mr. Vertigo «Tu ne vaux pas mieux qu'un animal. Si tu restes où tu es, tu seras mort avant la fin de l'hiver. Si tu viens avec moi, je t'apprendrai à voler.» Ainsi le vieux Yehudi s'adresse-t-il à Walt, neuf ans, un gamin misérable des rues de Saint Louis. Il tiendra sa promesse. à l'issue d'un apprentissage impitoyablement cruel, Walt deviendra un phénomène célèbre dans toute l'Amérique.
    Et c'est elle - cette Amérique violente et misérable, sauvage et naïve des années vingt et trente - que le romancier de Léviathan nous convie à découvrir sur les traces de ses étranges héros. L'Amérique du Ku Klux Klan et du jazz, des gangsters et du cinéma. Revisitée par un écrivain qui, sans cesser d'être lui-même, reprend ici la tradition de Mark Twain et de Steinbeck pour nous raconter une histoire captivante - juste assez étrange pour que nous ne puissions l'oublier...

  • Moon palace

    Paul Auster

    A contemporary novel which tells the story of Marco Stanley Fogg - orphan, child of the 1960s - spanning three generations. The narrative moves from the early years of this century to the first lunar landings, from Manhattan to the landscape of the American West.

  • Paul Auster L'Invention de la solitude « Avant même d'avoir préparé nos bagages et entrepris les trois heures de route vers le New Jersey, je savais qu'il me faudrait écrire à propos de mon père. » Pour l'auteur-narrateur, cette mort imprévue et brutale sonne l'heure d'une confrontation fondamentale : celle qui mettra aux prises l'écriture et la mémoire, l'écriture et la vie.
    Récit et roman, quête promise à l'échec d'un « homme invisible » éloigné par la mort, et aussi d'une blessure intime, voici une oeuvre exigeante et forte, texte-source d'un écrivain reconnu comme un des talents les plus marquants de la jeune génération américaine.

    Quoi que l'on fasse ou dise, Paul Auster reste inclassable car il est ailleurs.
    /> Laurent Lemire, La Croix / L'Evénement.

  • >Paul Auster Le Livre des illusions Après la mort de sa femme et de ses enfants, David Zimmer était anéanti. Il échappe au désespoir en s'attelant à l'écriture d'un livre consacré à Hector Mann, virtuose du cinéma muet porté disparu depuis 1929. Un soir, une jeune femme arrive chez lui et annonce que Hector Mann lui-même le réclame de toute urgence, qu'il est sur son lit de mort. David se laisse entraîner dans un très long voyage.
    En racontant l'histoire de l'extraordinaire et mystérieux Hector Mann, Paul Auster nous emmène bien au-delà de la magie du cinéma muet, jusqu'au coeur de l'univers envoûtant où la création artistique semble faire écho aux sentiments amoureux dans ce qu'ils ont de plus éphémère et de plus fragile, où la douleur de la perte et le besoin de filiation se répondent pour remettre en question l'idée même de mémoire.

  • Nashe, ex-pompier de boston qui a hérité de deux cent mille dollars, rencontre pozzi, joueur de poker professionnel, alors qu'il sillonne l'amérique sans but particulier.
    Fort du soutien de son compagnon de hasard, il décide d'investir le restant de sa fortune dans une partie supposée sans risque contre deux millionnaires excentriques, flower et stone. c'est alors que l'extravagant commence...
    Ecrivant l'errance dans l'espace américain ou le huis clos de tous les dangers, paul auster interroge ici avec une étonnante maîtrise romanesque les thèmes qui lui sont chers - l'incertitude de l'identité, l'absurdité du hasard et la perte du sens commun.

  • Sunset park

    Paul Auster

    • Theleme
    • 12 Mars 2008

    Sunset Park explore la question de l'état de son pays : sept ans après l'effondrement des Twin Towers, la crise des subprimes, portant un nouveau coup au rêve américain, oblige les individus à une douloureuse et radicale révision de la manière d'appréhender leur propre histoire à l'heure du crépuscule annoncé des valeurs.

  • À travers cet entretien aussi loyal qu'approfondi qui aborde l'oeuvre sur un mode thématique, le lecteur revisitera l'univers des fictions de Paul Auster dont il découvrira des aspects inédits ou encore insuffisamment identifiés. Il s'agit là d'un dialogue ouvert, d'une oeuvre collaborative dans laquelle Paul Auster s'est investi de manière authentique, notamment pour rester fidèle à l'ADN si spécifique de ses romans, dont chacun constitue un voyage en terres inconnues - pour lui-même, comme pour le lecteur. Un ouvrage indispensable pour les nombreux lecteurs que son oeuvre d'exception a valu au grand écrivain américain.

  • Paul Auster Tombouctou Willy erre dans Baltimore à la recherche de son ancienne institutrice car, avant de mourir, il aimerait lui confier son chien - le fidèle Mr Bones - et aussi l'oeuvre de sa vie : soixante-quatorze cahiers, et notamment les huit cents premiers vers d'une épopée inachevée, Jours vagabonds. Mais Willy meurt sans avoir pu assurer l'avenir de ses écrits, et Mr Bones se retrouve seul, livré à lui-même, privé de ce maître qui fut pour lui le pivot et la raison d'être de l'univers. Pour Mr Bones, c'est une évidence, Willy est désormais à Tombouctou, l'au-delà des bienheureux. Les harangues de Willy et les souvenirs que Mr Bones garde des méditations de son maître constituent la plus grande part d'une fable romanesque écrite avec un art de la narration qui, depuis son premier livre, a fait la réputation de Paul Auster.

    Dans un roman philosophique exécuté en virtuose, l'auteur regarde avec les yeux et la bonté d'un chien le poète vagabond qu'il aurait pu devenir.
    Michel Contat, Le Monde.

    Paul Auster a écrit ici un de ses meilleurs romans, un des plus épurés, des plus risqués, des plus beckettiens aussi.
    Gérard de Cortanze, Le Magazine littéraire.

  • 4 3 2 1

    Paul Auster

    On March 3, 1947 Archibald Isaac Ferguson is born. From that single beginning, his life will take four simultaneous and independent fictional paths. Four boys who are the same boy, will go on to lead four parallel and entirely different lives. Fergusons story rushes on across twentieth-century America. A sweeping story of birthright and possibility, of love and the fullness of life itself.

  • Prix Médicis étranger 1993, le Léviathan de Paul Auster met en scène un écrivain, Ben Sachs, détourné du cours de son existence par la hantise du mal qui menace le monde en général et l'Amérique en particulier. Or il ne peut mener à terme le roman qu'il a entrepris - Leviathan - car l'action terroriste dans laquelle il s'est engagé se retourne contre lui. Peter Aaron, son ami, décide, pour prévenir les mensonges des enquêteurs, de reconstituer et d'écrire l'histoire de Sachs : s'ouvrent alors les pistes les plus étranges, apparaissent les personnages les plus curieux, qui tous, par le talent si singulier de Paul Auster, deviennent autant de figures du destin.

  • C'est en 1990 que le cinéaste Wayne Wang demande à Paul Auster le droit d'adapter à l'écran un conte de Noël, publié dans le New York Times par l'auteur de Léviathan. C'est le début d'une aventure qui va durer quatre ans. Smoke, le film déjà classique qui en est résulté, se prolongera dans l'imprévu et délicieux Brooklyn Boogie.
    Première expérience du romancier comme scénariste _ il s'en explique ici dans un long entretien _, Smoke est de son propre aveu « un hymne à la grande république populaire de Brooklyn ». Autour d'un bureau de tabac, Auster fait circuler des personnages issus de la vie quotidienne, incarnant la diversité et l'ambiance d'une ville où, malgré les tensions et les drames, c'est quand même le goût de vivre ensemble qui l'emporte.

  • Disparitions

    Paul Auster

    Au fil de ces poèmes composés dans les années 1970, on retrouve les thèmes de prédilection d'un jeune Paul Auster qui n'était pas encore romancier. Grâce à la traduction limpide de Danièle Robert, poète elle-même, lire ces vers revient à découvrir les bourgeons qui ont fleuri ensuite dans l'oeuvre que l'on connaît.

  • Paul Auster La Chambre dérobée En disparaissant de New York, Fanshawe laisse derrière lui une femme, Sophie, un fils, Ben, et une série de manuscrits dont il a confié le destin à un ami, le narrateur.
    Voilà en place les pièces d'un échiquier où règne en maître l'auteur de la Trilogie new-yorkaise, romancier du mystère, de l'identité et de la dépossession. Car le narrateur ne va pas seulement conduire les manuscrits à l'édition et au succès : il va aussi épouser Sophie et adopter Ben.
    Une nouvelle fois Paul Auster nous emmène dans le labyrinthe faussement transparent de la « cité de verre », royaume de l'ambiguïté et d'une quête du moi toujours précaire.

  • Paul Auster Revenants Ce deuxième volet de la « Trilogie new-yorkaise » met en scène, dans le décor qui était celui de Cité de verre, trois protagonistes nommés Noir, Blanc et Bleu. Deux d'entre eux sont des détectives privés.
    Mais, tout en nous entraînant dans un suspense qui ne le cède en rien à celui des meilleurs thrillers, le romancier nous donne aussi à sentir la précarité de l'identité, et fait jouer devant nous, dans un crescendo tragique, les plus pervers effets de miroir du destin.
    Roman policier, roman métaphysique : Paul Auster joue des deux registres avec une maestria qui justifie sa place - au tout premier rang - dans la jeune littérature américaine.

  • Lors d'un concert à New York, une fusillade éclate et le saxophoniste Izzy Maurer est touché par une balle perdue. Cet accident va bouleverser sa vie. Convalescent, le musicien, encore incapable de jouer, marche dans Manhattan avec difficulté. Au hasard d'une rue, il tombe sur un cadavre. épouvanté, il s'enfuit en emportant la mallette de l'inconnu. De retour chez lui, Izzy en inspecte le contenu et trouve une pierre qui, dans l'obscurité, devient bleue et s'élève lentement au-dessus du meuble sur lequel il l'a posée...
    « La magie n'est pas seulement un rêve. Elle est réelle et porteuse de toutes les émotions de la réalité », dit Paul Auster dans la série d'entretiens qui accompagne l'édition de ce scénario. Phrase qui ne surprendra pas ses lecteurs, car le scénario de Lulu on the Bridge s'inscrit pleinement dans l'oeuvre de Paul Auster, il en est indissociable et se lit comme un roman.

empty