• La comédienne Rachida Brakni évoque avec admiration la relation particulière qui unit Sylvia Plath à l'héroïne de son unique roman.

    Sélectionnée pour un stage d'été dans un prestigieux magazine, Esther Greenwood s'étourdit dans le New York des années 50. Entre les cocktails, la rédaction d'articles et les robes à la mode, elle est censée s'amuser comme jamais. Pourtant, elle est assaillie par des pensées morbides.
    Inspiré de la vie de son auteur, La Cloche de détresse est un classique de la littérature américaine, dans lequel on retrouve la poésie obsédante de Sylvia Plath. Des images magnifiques, acides, teintées d'humour noir, qui vous submergent inévitablement.

  • Secs, sans cavalier, les mots Et leur galop infatigable Quand Depuis le fond de l'étang, les étoiles Régissent une vie.

    « Ariel, génie de l'air de La Tempête, de Shakespeare, est aussi le nom du cheval blanc que montait à l'aube dans le Devon, en Angleterre, l'un des plus extraordinaires poètes du XXe siècle, Sylvia Plath, aux derniers mois de sa courte vie.
    Ariel, borne décisive marquant un "avant" et un "après", parole intense jusqu'à la rage parfois, question de vie ou de mort.
    Ariel, jusqu'au bout, l'extrémité du dernier souffle. » Valérie Rouzeau.

  • Les lèvres couleur sang, le soleil d'un orange inédit, les roues d'un train qui semblent dire «ta faute, ta faute, ta faute» : voilà quelques exemples des choses que Mary Ventura commence à remarquer, lors de son voyage en train vers le neuvième royaume.
    «Mais qu'est-ce que le neuvième royaume?» demande-t-elle à sa voisine, qui semble plus au courant. «C'est le royaume de la volonté pétrifiée. Il n'y a pas de voyage de retour.» L'étrange et sombre récit de Sylvia Plath, celui de l'indépendance, de l'infanticide, écrit à vingt ans - quelques mois avant sa première tentative de suicide -, est aux prises avec la mortalité en mouvement.
    Écrit en 1952, alors que Sylvia Plath étudiait au Smith College, Mary Ventura et le neuvième royaume n'avait encore jamais été publié.

  • Carnets intimes

    Sylvia Plath

    "Ce que je redoute le plus, je crois, c'est la mort de l'imagination. Quand le ciel, dehors, se contente d'être rose, et les toits des maisons noirs, cet esprit photographique qui, paradoxalement, dit la vérité, mais la vérité vaine, sur le monde". Sylvia Plath a vingt-quatre ans lorsqu'elle évoque cette hantise dans un journal dont les pages sont l'écho de ses aspirations contradictoires, tantôt idéales, tantôt futiles.
    Ce livre propose également neuf nouvelles autobiographiques, qui complètent l'oeuvre en prose de la poétesse américaine mystérieuse et fragile.

  • Ce recueil réunit la quasi-totalité de l'oeuvre de nouvelliste de Sylvia Plath, qui lui importait plus que tout autre forme littéraire. Dans l'Amérique crispée des années cinquante, l'auteur exprime sa révolte, sa détresse, ses élans poétiques, dans une langue qui révèle une tension insoutenable ainsi que les affres d'une féminité douloureuse.

  • Dessins

    Sylvia Plath

    En 1956, Sylvia Plath écrivait à sa mère Aurelia : « J'ai le sentiment d'être en train de développer une sorte de style primitif bien à moi, et que j'aime beaucoup.
    Attends de voir... » Tout au long de sa vie, Sylvia Plath a parlé de l'art comme de sa source d'inspiration la plus profonde ; et pourtant, tandis que ses écrits connaissent un succès mondial, ses dessins restent méconnus.
    La présente édition rassemble des dessins datés de 1955 à 1957, période durant laquelle elle étudiait à l'Université de Newnham, à Cambridge, boursière du prestigieux programme Fulbright. C'est à cette époque qu'elle rencontre, et épouse en secret, le poète Ted Hughes ; ils partiront en lune de miel à Paris et en Espagne avant de retourner aux États-Unis en juin 1957.
    Les dessins à l'encre de Sylvia Plath témoignent de délicieux moments d'observation à cette période de sa vie, et comptent parmi leurs sujets des toits parisiens, des arbres, des églises, et un portrait de Ted Hughes.
    Avec une introduction éclairante de sa fille Frieda Hughes, le livre met en lumière ces années clés de l'existence de Sylvia Plath, et inclut des lettres ainsi qu'un passage de son journal où il est question de son art.

  • Lips the colour of blood, the sun an unprecedented orange, train wheels that sound like 'guilt, and guilt, and guilt': these are just some of the things Mary Ventura begins to notice on her journey to the ninth kingdom. 'But what is the ninth kingdom?' she asks a kind-seeming lady in her carriage. 'It is the kingdom of the frozen will,' comes the reply. 'There is no going back.' Sylvia Plath's strange, dark tale of independence over infanticide, written not long after she herself left home, grapples with mortality in motion.

  • Max Nix serait le plus heureux des petits garçons s'il possédait ce dont il rêve tant : un cotume pour Tous-les-jours-de-l'Année ! Or un jour, la famille Nix reçoit un mystérieux paquet...

  • Ce volume rassemble la poésie, l'unique roman, les nouvelles et contes, les journaux et les essais autobiographiques de Sylvia Plath.
    La spécificité du volume est de mettre en valeur les oeuvres de Sylvia Plath par Sylvia Plath, c'est-à-dire telles que l'auteur les a pensées, souhaitées, voulues. Pour comprendre l'intérêt de cette nouvelle édition, il faut avoir à l'esprit l'histoire complexe de l'édition des manuscrits d'une jeune poète qui se donne la mort à 31 ans, en ayant publié de son vivant, outre les nombreuses parutions en revues et dans des magazines, deux livres : un recueil de poèmes Le Colosse et autres poèmes et un roman d'inspiration autobiographique, La Cloche de détresse (récit, sous le pseudonyme de Victoria Lucas, de son expérience psychiatrique à la suite d'une tentative de suicide).
    A sa mort, elle laisse le manuscrit d'un autre recueil : Ariel et autres poèmes, et une sélection de 17 nouvelles (choisies parmi quelques 70). On retrouve également des carnets et journaux intimes, de nombreuses lettres, des milliers de pages de poèmes, des oeuvres picturales. Un ensemble poétique et artistique qui témoigne d'un talent incontestable. Ted Hughes décide de faire connaître l'oeuvre de son épouse.
    Mais il opère des choix, notamment celui de remanier Ariel et d'éditer une version expurgée des Journaux.

  • Pour beaucoup de lecteurs à travers le monde, le poète Sylvia Plath est devenu une figure de culte. Sa destinée exemplaire, son mariage au poète britannique Ted Hughes (figure contestée, gourou pour les uns, démon pour les autres), son suicide en 1963, à l'âge de trente et un ans, les deux enfants qu'elle laissait... tous ces éléments de sa vie contribuèrent à accroître sa renommée.
    Les journaux, commencés à dix-huit ans et tenus jusqu'à la veille de sa mort, plongent le lecteur au coeur de la vie intérieure d'une femme qui lutta quotidiennement contre elle-même et n'eut de cesse qu'elle ait transformé en mots la réalité. Exigence tranchante et désir d'absolu ressortent à chaque instant. À côté des impatiences de la collégienne ou des obsessions de l'écrivain paralysé, on trouve des pages inspirées et splendides, qui sont à la source de nombreux poèmes.
    Formidable matériau en fusion, ces journaux livrent aussi nombre de passages amusants et de portraits féroces des grandes figures littéraires de l'époque.

  • Sylvia Plath avait à peine dix-huit ans lorsqu'en 1950 elle envoya la première des quelque sept cents lettres qu'elle devait écrire aux siens avant de mourir à l'âge de trente ans. Dès cette date, le désir d'écrire va de pair pour elle avec la volonté de s'insérer dans l'Amérique des années 1950, une Amérique où l'aspiration au bonheur se confond souvent avec un idéal de réussite forcené. Toute sa correspondance reflète cet écartèlement entre une vocation - écrire - et l'obsession constante, souvent douloureuse, d'atteindre à la perfection dans tous les domaines, au prix d'un travail inlassable. Exaltations et dépressions, crises destructrices et élans créateurs, ces lettres semblent éclairer le geste de Sylvia Plath qui, peu après la parution de son roman La Cloche de détresse, s'est donné la mort, à Londres, dans la solitude où elle se retrouvait, séparée des siens, au cours d'un hiver particulièrement difficile.

  • Anglais The bell jar

    Sylvia Plath

    The Bell Jar is Sylvia Plath's only novel. Renowned for its intensity and outstandingly vivid prose, it broke existing boundaries between fiction and reality and helped to make Plath an enduring feminist icon. It was published under a pseudonym a few weeks before the author's suicide.

    'It is a fine novel, as bitter and remorseless as her last poems . . . The world in which the events of the novel take place is a world bounded by the Cold War on one side and the sexual war on the other . . . This novel is not political nor historical in any narrow sense, but in looking at the madness of the world and the world of madness it forces us to consider the great question posed by all truly realistic fiction: What is reality and how can it be confronted? . . . Esther Greenwood's account of her year in the bell jar is as clear and readable as it is witty and disturbing.' New York Times Book Revie

  • Anglais SELECTED POEMS

    Sylvia Plath

    This selection of Sylvia Plath's poetry - chosen by Ted Hughes - shows Plath to be a major poet of the 20th century.

  • Highly readable, witty and disturbing, 'The Bell Jar' is Sylvia Plath's only novel and was originally published under a pseudonym in 1963. What it has to say about what women expect of themselves, and what society expects of women, is as sharply relevant today as it has always been. Now strikingly repackaged for the key teenage market.

  • Anglais SYLVIA PLATH

    Sylvia Plath

    In the "Poet to Poet" series, a contemporary poet advocates a poet of the past or present whom they have particularly admired. By their selection of verses and their critical reactions, the selectors offer intriguing insights into their own work. Here, Ted Hughes selects Sylvia Plath.

  • Trois femmes

    Sylvia Plath

    « Je me parle à moi-même, à moi seule, à l'écart.
    Je suis barbouillée toute rouge de désinfectants, prête au sacrifice.
    L'attente pèse lourd sur mes paupières.
    Elle pèse comme le sommeil.
    Comme le poids de la mer. Très au loin, je sens la première vague Marée inévitable qui trimbale vers moi, sa cargaison d'agonie.
    Et moi, coquillage résonnant sur cette page blanche J'affronte ces voix calamiteuses, cet élément terrible. »

  • Sylvia Plath avait à peine 18 ans lorsqu'en 1950 elle envoya la première de quelque sept cents lettres qu'elle devait écrire, principalement à sa mère. Pour elle, le désir d'écrire va de pair avec la volonté de s'insérer dans l'Amérique des années 1950, où l'aspiration au bonheur se confond avec un idéal de réussite forcené. Toute sa correspondance reflète cet écartèlement entre une vocation - écrire - et l'obsession constante, souvent douloureuse, d'atteindre à la perfection dans tous les domaines, au prix d'un travail inlassable. D'exaltations en dépressions, de crises destructrices en élans créateurs, ces lettres éclairent les raisons qui ont poussé Sylvia Plath, peu après la parution de son roman La Cloche de détresse, à se donner la mort, à Londres, dans la solitude où elle se retrouvait, séparée des siens, au cours d'un hiver difficile.

  • De son vivant, Sylvia Plath a publié de nomnbreux poèmes dans des revues américaines ou anglaises, mais un seul recueil : Le Colosse. Plusieurs centaines de poèmes restaient inédits. Son mari et la soeur de ce dernier établiront trois recueils : Ariel, en 1965, qui aussitôt la place par les grands poètes anglo-saxons contemporains, puis La Traversée et Arbres d'hiver en 1971. En 1981 paraît Collected Poems - 224 poèmes présentés chronologiquement et couvrant les six dernières années de sa vie (de 1956 à 1963).
    Ce livre obtient, l'année de sa publication, le prix Pulitzer pour la poésie. Depuis, la renommée de Sylvia Plath n'a cessé de s'étendre. Elle est l'objet d'un véritable culte aux Etats-Unis. Les deux recueils traduits ici, La Traversée et Arbres d'hiver, sont une transition entre la poésie du Colosse (où Sylvia Plath met en place les éléments d'une mythologie personnelle autour de l'absence, la mort, le sentiment d'insécurité et d'abandon) et celle des poèmes d'Ariel (où cette mythologie est reprise et exprimée avec une violence portée à l'extrême).
    La Traversée et Arbres d'hiver présentent un univers plus nuancé, où les démons habituels paraissent, sinon exorcisés, moins menaçants, presque familiers.

empty