Livres en VO

  • Le grand mystique et théologien du XVe siècle fait dans ce traité, le De ludo globi, la démonstration qu'il est aussi un grand logicien. Un hymne à l'intelligence divine.
    L e philosophe Nicolas de Cues a écrit le De ludo globi vers la fin de l'année 1463, à Rome. La métaphore plaisante du jeu de la boule lui permet d'illustrer et de clarifier sa pensée. L'exemple du jeu s'inscrit dans le cadre de la recherche de Dieu. Celle-ci, illustrée à son tour par la métaphore de la chasse dans le De venatione sapientiae, exprime la tension entre l'homme et l'absolu, entre la créature qui est image et le Créateur dont elle est l'image. L'homo viator est homo ludens. La vie est un jeu, comme la recherche de Dieu est une course.
    Maurice de Gandillac avait traduit des passages de cette oeuvre essentielle et surprenante. Hervé Pasqua en offre une traduction intégrale, précédée d'une introduction éclairante.

  • L'article Sur le mal radical dans la nature humaine, que Kant fit paraître en 1792 dans le Berlinische Monatsschrift, constitue une sorte de préambule à sa philosophie de la religion. Boudé par les commentateurs, ce texte a mauvaise presse pour de mauvaises raisons qui tiennent à son sujet, souvent mal compris, et à la question de sa place dans le système kantien.
    La présente édition, bilingue et assortie d'un commentaire suivi, loin de prétendre donner le dernier mot sur la question, se veut un instrument de travail : elle est propre à intéresser, outre les philosophes, aussi bien les germanistes que les chercheurs en anthropologie et en sciences religieuses.

  • « Si nos processus de pensée étaient moins pressants, moins crus, moins hypnotiques, nos déceptions constantes, la masse grise de la nausée nichée au coeur de l'être, nous désempareraient moins. Les effondrements mentaux, les fuites pathologiques dans l'irréalité, l'inertie du cerveau malade peuvent, au fond, être une tactique contre la déception, contre l'acide de l'espoir frustré. Les corrélations manquées entre pensée et réalisation, entre le conçu et les réalités de l'expérience, sont telles que nous ne saurions vivre sans espoir. Espérer contre tout espoir est une formulation forte, mais en définitive accablante de la brunissure que la pensée jette sur la conséquence. » George Steiner Édition bilingue

  • Toward the One Who Is, the fourth book of interviews that Yvonne Trubert granted to the Book of IVI, the association's newspaper under her name, touches topics such as Health, Water, the Pilgrimage, Inner Peace and Volunteerism. She offers elements of reflection dedicated to the most routine concerns as well as the more subtle questions about the fate of man and his place in the cosmos. Overall, two issues dominate: the power of love and the divine presence.

  • La problématique du proche et du lointain décline dans un registre qui n'est géographique qu'en apparence la très ancienne question de l'identité, celle du même et de l'autre. Repérer l'altérité chez tel peuple ou dans telle figure revient à poser sa propre identité, à faire de cette altérité la médiation entre soi et soi-même. Il s'agit ici d'envisager l'autre du discours : le juif, l'écossais, le français, le barbare, l'indien, mais aussi le rake.

  • Opuscule méconnu de Hegel rédigé à Bamberg entre 1807 et 1808, Qui pense abstrait ? expose, en quelques pages, une ébauche de sociologie hégélienne, avec une pointe d´humour qui révèle le philosophe sous un jour nouveau et inattendu. Hegel y pourfend, avec une ironie acerbe, ceux qui, tout en dénonçant la pensée philosophique comme étant abstraite, se maintiennent dans l´abstraction que la véritable philosophie cherche à dépasser. Il analyse les rapports sociaux et l´influence de la condition sociale des individus sur le caractère abstrait - ou non - de leur pensée.
    Dans ce texte, Hegel se présente comme le défenseur de la pensée authentiquement concrète, ce que l´essai du traducteur nomme « l´exotérisme hégélien ».

  • This essay bridges the two wings of Popper's thinking, political philosophy and philosophy of science, thus steering a middle course between the two major receptions. It offers the double advantage of providing a faithful presentation of Popper's theses on the one hand, and of highlighting the links between the "falsificationist" theory of science and the liberal political thinking which together form the only way to an understanding of Popper's attack on "historicism", particularly Marxism, in his "Poverty of Historicism". Popper's political philosophy is extremely aggressive, especially in "The Open Society and its Enemies", but makes an effort to stress the point of the controversies it has raised, to present the objections from the Anglo-Saxon camp itself, which are all but unknown to continental philosophy. In this way he facilitates an inquiry into the possibility of a critical application of Popper's theses on history.

  • Intellectuel intelligent et probe, fin pédagogue, orateur passionné, Protagoras d'Abdère était l'une des plus grandes personnalités de la Grèce antique. Traditionnellement considéré comme le premier des "sophistes", il défendait la démocratie péricléenne. Sa parole, comme celle de tous les sophistes, a été discréditée tout au long de l'histoire de la pensée occidentale. Elle mérite d'être réhabilitée et écoutée pour elle-même. Cet ouvrage propose donc une traduction du grec et du latin au français de la plupart des fragments et des témoignages que nous possédons. Une courte introduction historique précède ces textes.

  • Dans ces articles en anglais et en français, les contributeurs interrogent des positions divergentes, souvent provocantes concernant le langage de l'austérité dans la politique, la philosophie et la littérature. Le volume découvre des dynamiques et des tensions entre les concepts et les interrogations philosophico-littéraires portées sur ces mêmes concepts. Le pouvoir polyvalent et manipulateur du terme "austérité" émerge avec une intensité qui pousse à réfléchir.

  • Dall'incontro a sorpresa con un compagno di giochi della sua infanzia, perso di vista per interi decenni, Eugénie Poret prende lo spunto per interrogarsi sui segnali che riceviamo dalla vita, offrendoci un modo originale per affrontare e interpretare l'inconcepibile realtà delle persone ammalate allo stadio terminale. Io resto è la prima tavola di un polittico che racconta anche il dopo, quando l'assenza trasforma il dolore in forza vitale. Un testo scritto come un lungo poema filosofico impressionista, dove sofferenza gioco e speranza s'intrecciano nella grazia di un rapporto umano illuminato con tocchi delicati, personali e filosofici.

empty