Jeux mortels à Pékin
Jeux mortels à Pékin

Jeux mortels à Pékin

Traduction ARIANE BATAILLE  - Langue d'origine : ANGLAIS (ECOSSE)

À propos

Au coeur de l'hiver, dans l'effervescence générale d'un Pékin métamorphosé par l'approche des Jeux olympiques, six athlètes chinois de haut niveau meurent dans des conditions mystérieuses à quelques semaines d'intervalle : un nageur est retrouvé pendu au plongeoir d'une piscine ; un haltérophile expire dans les bras de sa maîtresse ; trois coureurs de relais périssent dans un accident de voiture ; un cycliste se noie...
Lorsqu'un septième athlète disparaît, Li Yan, devenu chef de la Section n° 1 des affaires criminelles, décide de mener l'enquête. Il confie à Margaret Campbell le soin de pratiquer les autopsies, qui ne révèlent aucune trace de substance connue... Dans ce cinquième volet de la "série chinoise" de Peter May, avec pour cadre la ville de Pékin dans le froid et la neige, Margaret Campbell et Li Yan risquent leurs vies pour découvrir la vérité sur les nouvelles méthodes de dopage, quasiment indétectables, et les intérêts financiers colossaux en jeu dans le milieu sportif.

Rayons : Policier & Thriller > Policier

  • EAN

    9782742789917

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    378 Pages

  • Longueur

    17.6 cm

  • Largeur

    11 cm

Peter May

Écrivain écossais, installé depuis une dizaine d'années dans le Sud de la France, Peter May a été journaliste avant de devenir l'un des plus brillants et prolifiques scénaristes de la télévision écossaise. Il se consacre désormais à l'écriture de ses romans, publiés en France aux éditions du Rouergue.
Sa “série chinoise” contient Meurtres à Pékin (2005 ; Babel noir n° 9), Le Quatrième Sacrifice (2006 ; Babel noir n° 15), Les Disparues de Shanghai (2006 ; Babel noir n° 19), Cadavres chinois à Houston (2007 ; Babel noir n° 26), Jeux mortels à Pékin (2007 ; Babel noir n° 34), L'Éventreur de Pékin (2008 ; Babel noir n° 44). La “trilogie de Lewis” est composée de L'Île des chasseurs d'oiseaux (2009 ; Babel noir n° 51), L'Homme de Lewis (2011) et Le Braconnier du lac perdu (2012).

empty