Un avenir Un avenir
Un avenir Un avenir

À propos

Paul reçoit une lettre de son frère Odd qui lui annonce qu'il «disparaît pour un temps indéterminé et lui demande en post-scriptum s'il peut passer chez lui pour vérifier que le robinet d'un lavabo du deuxième étage de la maison familiale a bien été purgé.
Malgré «un rhume colossal, Paul, ni une ni deux, prend sa voiture et parcourt les trois cents kilomètres qui le séparent dudit robinet. Un avenir est l'histoire d'une grande famille pas plus dysfonctionnelle qu'une autre, bouillon de souvenirs plus ou moins fidèles à une réalité elle-même peu fiable. Quand le narrateur débarque dans le coin perdu où seul son frère Odd a pu concevoir de rester vivre (ils sont six enfants, aujourd'hui éparpillés), les gens du village le prennent pour lui : c'est qu'ils sont jumeaux (il ne détrompera personne).
Sans doute est-ce précisément ce qui en fait le destinataire de la lettre qui déclenche tout. Dans l'espace de ce dédoublement, se déploie alors la très mouvante peinture d'une fratrie, Harald, Dorthéa, Adina, Odd, Paul, Margrete, en délicatesse avec les aléas de la vie, les soubresauts du monde, l'équilibre des âmes. Ce roman est une cascade narrative, un engrenage existentiel qui, sur une intrigue faussement fluette, nous entraîne d'un triplex monégasque (où l'art animalier fait bon ménage avec le cours de l'acier) à la jungle malaise (dans l'état du Sarawak pour être précis) sans quitter le vieux canapé de la bibliothèque familiale, ou presque.
Mais c'est aussi un road-trip en tracteur, une balade aux abords inquiets de l'enfance, une épique séance de natation, un caprice écossais, une vue en coupe de la neurasthénie masculine, entre autres. Dans Un avenir, il n'y a pas énormément d'espoir, et pourtant il y a la possibilité d'un avenir. Il y aussi cette façon qu'a le hors-champ d'être toujours au moins aussi déterminant que les gros plans, car l'auteur excelle à rendre l'absence palpable et les silences audibles.
Quelque part sur la ligne de son horizon, Modiano (l'as des disparitions) et Devos (le champion de la finesse) se regardent en chiens de défaillance. Après le très remarqué Mon couronnement, on retrouve non sans jubilation et comme une promesse tenue le style irrésistible et instantanément reconnaissable de Véronique Bizot, ces miracles de phrases en fugue jamais alourdies par leur insondable richesse, cet univers singulier, unique, joyeusement déroutant, où la noirceur est délicieuse parce que toujours saturée d'incongruité drolatique, de lucidité étonnée, de souriant désarroi et de métaphysique légèrement récalcitrante.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782742799510

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    103 Pages

  • Longueur

    21.7 cm

  • Largeur

    11.5 cm

  • Épaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    110 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty